SUPPRESSION DU PARRAINAGE : MIMI TOURÉ RECADRE L’UE

news-details
RAPPORT FINAL PRÉSIDENTIELLE

Le régime ne goutte pas la proposition des membres de la mission d’observation de l’Union européenne (UE), consistant à abandonner le parrainage, dans son rapport final après l’élection présidentielle du 24 février dernier. Après Aly Ngouille Ndiaye, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aminata Touré, la présidente du Conseil économique social et environnement (CESE) recadre Elena Valenciano, la cheffe de mission et ses camarades. « Les observateurs d’élections n’ont pas vocation à faire changer les lois votées par des pays souverains », lâche l’ancienne mandataire du candidat-président Macky Sall lors desdites joutes électorales. Ce, d’autant plus que, renchérit Aminata Touré : « Sans le parrainage, il aurait été impossible d’organiser l’élection présidentielle dans des conditions normales avec plus de 100 candidats. »

En outre, argue-t-elle : « Sans élections correctement organisées, c’est la porte ouverte à tous les risques d’instabilité. La loi sur le parrainage a été votée par notre Assemblée nationale et je considère que la recommandation de (l’UE) de supprimer le parrainage sort du champ de l’observation d’élections. »

Mimi Touré de poursuivre : « J’ai eu l’opportunité de diriger de nombreuses missions d’observation d’élections présidentielles en Afrique et j’estime que les observateurs n’ont pas vocation de faire changer des lois par des pays souverains. Même si des améliorations peuvent être apportées au processus, il faut maintenir le parrainage afin que l’expression du suffrage universel se fasse dans des conditions permettant de maintenir la stabilité et la paix dans nos pays. »

Vous pouvez réagir à cet article