SUR LA CROISETTE…MÉTIERS, CHASSEURS DE TICKETS À CANNES !

news-details
72E ÉDITION DU FESTIVAL DE CANNES

Ils font partie du décor. En jean, baskets, smoking ou robe, ils longent le long du Palais des festivals… à la quête effréné d’une place de cinéma.

Vous ne pouvez pas les manquer. Ils sont une quinzaine, une vingtaine voire plus. En smoking, robe longue ou en jean, feuille à la main, ils espèrent décrocher un ticket pour une place de cinéma. Les chasseurs de tickets, de 15 à 60 ans, sont légion à Cannes. « Une invitation, svp », « Looking for a ticket, please » : c’est selon ! Et parfois, ça marche !

Annie Paul en est à sa 10e montée des marches. Tous les ans, la sexagénaire, membre du club des cinéphiles, est prête à tout pour voir de la bobine dans les mythiques salles de la Croisette. Et pour ne manquer aucun des 19 films en compétition - dont Atlantique, de la réalisatrice sénégalaise Mati Diop -, la petite dame, arrive sur la Croisette parfois aux aurores, en quête du Graal. « Les tickets ne sont donnés que par jour. Donc, il faut venir les chercher le matin. Je peux rester parfois toute une journée sans manger pour décrocher mon ticket. Ils ne sont pas vendus, ils sont donnés par les professionnels du cinéma. Les films qui passent le soir à 19 heures peuvent être repassés le lendemain à 8 heures ou 9 heures. c’est pourquoi, il peut nous arriver d’arriver très tôt. Et parfois, c’est payant », lance-t-elle, sourire en coin.

Comment ça marche une invitation

Un peu plus loin, Nick et Jordan (noms d’emprunt), forment un duo. Eux, cherchent des invitations pour « A Hidden life » de l’Américain Terrence Malick, en compétition également pour la palme d’or. Peu bavards, ils préfèrent se concentrer sur leur quête que de discuter. « Ce n’est pas contre vous. Mais, nous ne préférons pas nous déconcentrer », lance-t-il, le ton un peu ferme.
Bruno, lui, est sur son 31. En smoking, il cherche aussi une place pour « A Hidden life ». Ce dimanche, c’est son jour de veine. « C’est la première fois que je viens ici pour demander un ticket. Et je ne veux un ticket que pour The Hidden life. Je ne veux voir que ce film », explique-t-il plutôt timide. « J’ai déjà obtenu mon ticket par l’intermédiaire d’un ami cinéphile. Cette place c’est pour un mai », nous dit-il. Mais au juste, comment ça marche ?

Bruno nous explique : « Les sociétés de production, de distribution et de réalisation présents à Cannes reçoivent quotidiennement leurs lots d’invitations, ils sont censés les utiliser tous au risque de ne pas être réapprovisionnés du même nombre le lendemain. Donc, ils offrent les billets non utilisés pour ne pas être pénaliser. Mais, les billets sont donnés en priorité aux détenteurs d’un badge de cinéphile. »

À chacun sa technique pour décrocher sa place. Pour Alice, il faut toujours garder le sourire. Pancarte en main, comme dans les aéroports, la jeune anglaise, qui balbutie quelques mots en Français, arrive tous les matins sur la Croisette pour espérer entrer en salle. Parfois, c’est au prix de longues heures d’attente pour finalement rentrer bredouille. Mais, cela ne la décourage pas pour autant. Elle garde toujours la banane pour espérer une meilleure moisson le lendemain.

Dans le prolongement des barrières, près des stands des festivaliers, deux jeunes filles, jean et baskets, ont une trouvaille tout aussi originale. Stéréo en main, musique à fond, elles poussent la chansonnette accompagnée de quelques pas de danse pour attirer l’attention. Avec le même message : « Une invitation, svp » !

Vous pouvez réagir à cet article