SUSPENSION DE LA OUMRA : « LES AUTORITÉS SAOUDIENNES ONT ÉTÉ RESPONSABLES »

news-details
CHEIKH B. DIOUM, VOYAGISTE

Cheikh Bamba Dioum, voyagiste-privé, approuve la mesure prise par l’Arabie Saoudite de suspendre provisoirement la Oumra, le petit pèlerinage, espérant que la décision aura un « impact positif » sur l’organisation du Hajj, en juillet et août prochains. Il croise les doigts.

« Personnellement, je me suis dit que c’est une mesure de sécurité, réagit-il. Parce que s’ils ne prennent aucune mesure tout de suite, ils peuvent être surpris par des cas (de coronavirus) avec la Oumra. Donc, je me suis dit que c’est dans la perspective du pèlerinage à la Mecque, qu’ils se sont dits mieux vaut contrôler déjà les mouvements à la Oumra, et de la suspendre provisoirement. »

D’autant plus que souligne-t-il : « Il ne faut pas rester insensible par rapport à ce qui se passe (le coronavirus). Je trouve qu’ils ont été responsables. Si on organise un tel événement, il faut se donner les moyens pour le réussir. Je me suis dit que le fait d’avoir un œil attentif sur la Oumrah ne fait que renforcer l’organisation dans les meilleures conditions du hajj. Maintenant, s’ils suspendent il y aura moins de problèmes d’ici le hajj. Ils ont été prudents. »

Même si la suspension est temporaire, la mesure est lourde de conséquences financières pour les acteurs du secteur : « Evidemment, les conséquences financières par rapport à l’Arabie Saoudite, qui va avoir une moins-value sur les entrées générées par la Oumra. Et pour les voyagistes s’activant dans l’organisation surtout avec les pèlerins, qui devaient partir dans une semaine, mais qui ne pourront plus s’y rendre à date échue ».

Vous pouvez réagir à cet article