Saer Kébé fixé le 10 avril prochain

news-details
Apologie au terrorisme

Le jeune Saer Kébé connaitra son sort le 10 avril prochain, date fixée pour le délibéré de cette affaire. Après le réquisitoire du parquet qui a demandé à ce que l’accusé soit condamné à 5 ans de travaux forcés, les avocats de la défense ont pris la parole pour faire leurs plaidoiries. Ils ont sollicité le renvoi de l’accusé des fins de la poursuite sans peine ni dépens.

Selon Me Abdoulaye Tall, il n’y a aucun élément dans ce dossier attestant que Saer Kébé avait l’intention de commettre un acte terroriste. « Il a commis une peccadille qu’on qualifie de crime. C’est un garçon qui jouait et ne savait même pas à quoi il jouait. Ce dossier est vide. Il mérite d’être renvoyé des fins de la poursuite. Il mérite d’être aidé et poursuivi psychologique. Il présente tous les signes de quelqu’un qui est traumatisé », a déclaré Me Tall. Me Moussa Sarr a abondé dans le même sens. Pour l’avocat, l’accusé a tenu des propos antisémites qui n’ont rien à voir avec l’intention de commettre un attentat. « Il n’a commis aucune infraction. On ne peut pas être dans un Etat où quand on dit Allahou Akbar ou qu’on consulte un site djihadiste, on vous arrête », a plaidé Me Sarr.

Vous pouvez réagir à cet article