Sonacos-Fada s’installe : « Aller de l’avant ! »

news-details
Societe

Modou Diagne Fada, le Directeur général de la SONACOS, a décliné ses objectifs, lors de la cérémonie de passation de service avec Pape Dieng, hier vendredi, 3 mai. « La SONACOS est au cœur de notre économie, déclare-t-il. C’est une société qui intéresse 4 ou 5 millions de nos compatriotes et, dans le cadre de cette nouvelle mission, il y a des objectifs à atteindre. » Parmi lesquels, « entretenir les meilleures relations possibles avec les structures partenaires » et « créer les conditions d’un climat apaisé ».

Il veut un contact direct avec les cadres : « Je ne veux pas d’intermédiaire. Je parlerai avec tout le monde. Je prendrai l’avis de tout le monde. Si nous devons décider pour l’intérêt de la société, nous le ferons. »

« Pour les partenaires, c’est la même chose. Sans vous, ce sera difficile de réussir la mission. Je vous tends une main fraternelle, amicale et qu’ensemble, chacun dans la défense de ses intérêts, nous puissions relever les défis dans une bonne entente et dans la plus grande transparence. »

Se présentant en « homme de terrain », le Dg entrant a indiqué qu’il va visiter toutes les unités de production de la SONACOS installées à travers le pays. « Je préfère me déplacer et avoir des contacts physiques avec la situation. Je suis assez rebelle, pour le respect de certaines hiérarchies. C’est pourquoi qu’un directeur ne soit pas surpris que je l’appelle directement, sans pour autant passer par le Directeur de l’Industrie ou celui des Opérations. Je fonctionne comme ça. Je préfère aller droit au but. Et, que cela ne crée aucune frustration. Parce que, nous formons la même équipe. Ma porte est ouverte à tout membre du personnel. Je reçois tout le monde. L’essentiel, c’est qu’on ne perde pas du temps, qu’on aille vite et qu’on puisse aller de l’avant. »

Pape Dieng, qui a dressé son bilan, a rappelé l’acquisition sur « fonds propres » de trois (3) nouvelles usines pour un décorticage et la trituration des graines, qui vont permettre « d’augmenter leur capacité de production de 90 mille tonnes par an. La situation est loin de ce qui est décrit dans la presse. »

Vous pouvez réagir à cet article