THIERNO BOCOUM RETROUVE IDY : « NOUS SOMMES À L’HEURE DU CHOIX »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

L’heure des tractations a sonné en perspective de la présidentielle du 24 février 2014. Thierno Bocoum, le Président du mouvement AGIR a fait son choix. Recalé par le parrainage, le malheureux candidat a décidé de rentrer au bercail en retrouvant Idrissa Seck de Rewmi. La rencontre signalée dernièrement entre les deux hommes a abouti à ces retrouvailles. Paradoxe, l’opposant invite toutefois les membres du mouvement « à non seulement voter, mais à faire voter pour le candidat de l’opposition de leur choix ».
« Nous sommes à l’heure du choix. Le 24 février 2019, jour de l’élection présidentielle, chacun de nous devra exprimer un choix en toute conscience et contribuer à la nécessité d’élire un nouveau Président de la république », motive l’opposant dans un communiqué parvenu à emedia.sn.

Poursuivant, il ajoute : « Dans une logique de démarche inclusive, nous avions enclenché un processus décisionnel devant nous permettre d’avoir une position à l’élection présidentielle de 2019. Les avis se sont exprimés avec beaucoup de sincérité et de convictions. Même si la tendance unanime est de combattre l’actuel Président de la république, les avis relatifs au candidat sur lequel doit se porter notre choix sont restés variés. Même si les membres du mouvement m’ont donné un large pouvoir d’arbitrage, je préfère, compte tenu de la délicatesse des choix, respecter la liberté de chacun tant qu’il s’oppose à Macky Sall et au régime de l’APR. » Ce, soutient Thierno Bocoum, « entre la jeunesse et l’originalité de Ousmane Sonko, la maturité et l’expérience d’Idrissa Seck, l’organisation et la méthode du PUR et de son président El Hadj Issa Sall, les nobles volontés affichées de Madické Niang, que chacun se sente libre du choix qu’il devra faire le 24 février prochain. »

Tirant à boulets rouges sur le président candidat à sa propre succession, il accuse ce dernier « d’avoir confisqué le vote d’une frange de la population par l’élimination des choix de candidats et l’imposition d’un quarté d’opposants, avec le système de parrainage. »

« Au mouvement AGIR, nous sommes déterminés à combattre ses pratiques et ses ruses », cogne Thierno Bocoum. Avant son retour, ce dernier avait mis fin à ses activités au sein de Rewmi en octobre 2017.

Vous pouvez réagir à cet article