image

TOUBA, ÉPICENTRE DU SAVOIR

image

E-Media a savouré samedi de vrais instants de plénitude. Du monde, du beau monde avait rallié la majestueuse Mosquée Massalikoul Jinaane à l’invitation du Groupe pour la projection en avant-première du film consacré à l’Université de Touba, dénommée plus exactement Complexe Cheikh Ahmadoul Khadim (CCAK). Entre recueillement et ferveur, l’atmosphère dégageait un parfum de performance intellectuelle avec ce gotha d’universitaires venus s’enquérir, grâce au documentaire, l’état d’avancement de ce gigantesque chantier qui tient tant à cœur le Khalife Général des Mourides, Sérigne Mountakha MBACKE Bassirou.

D’aucuns le décrivent comme un amoureux du savoir, des livres et surtout des enseignements de son vénéré grand-père dont l’évocation de la grandeur illumine son séduisant visage. Le guide paye de mine : silhouette frêle, corps avenant, regard doux et sourire distingué. En lui se concentrent tous les attributs de sagesse qui ôtent tout doute, dissipent les angoisses et donnent confiance à tous en les incitant à venir à sa rencontre.

Justement c’est au détour d’une audience mémorable accordée à une délégation de E-Media venue pour les besoins du Magal de Touba que naquit l’initiative. Très vite, le Grand marabout l’approuve et valide la démarche qui s’enclenche. Tout un monde de spécialistes gravite autour du projet que coordonne avec brio un universitaire de rang choisi par le khalife en la personne de Cheikh Ahmadou Badawi MBACKE.

Il est connu, reconnu et très respecté dans les cercles de savoir. Discret mais travailleur, l’homme, génial entrepreneur, s’entoure d’équipes chevronnées. Ce fils de feu Serigne Fallou parle peu. En revanche il agit beaucoup et, nanti de légitimités multiples, son crédo reste l’efficacité adossée à un époustouflant pragmatisme qui ne manque pas de naturel. Sa qualité d’écoute frappe le visiteur. Par cette même aisance, il reçoit à plusieurs reprises le Groupe E-Media dont l’approche et l’originalité de la conception du film le séduisent.

Il y ajoute sa touche d’authenticité, de sobriété. Certes le chantier demeure complexe. Mais la vision soufie qui sous-tend la réalisation est d’une désarmante simplicité. L’Université s’implante à Touba, la ville sainte. Elle ambitionne de tenir un rang mondial. Elle a vocation à s’ouvrir au monde comme le voulait le fondateur de la Confrérie, Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE.

C’est le but ultime du Khalife qui l’a répété à de nombreuses occasions. Elle veut rayonner à une vaste échelle en optant de se comparer aux géantes universités du savoir que compte le monde islamique dont Al Azhar au Caire, l’Université de Kairouan en Tunisie, celles d’Istanbul ou Baghdad ou encore celles de Jordanie, du Maroc ou de Dahlan en Indonésie.

Des histoires riches caractérisent ces temples académiques. Pour s’en être prévalue, Touba affiche une exigence : l’éducation de qualité offrant une variété de diplômes et des taux de réussite dignes de faire figurer le Complexe Cheikh Ahmadoul Khadim au classement UniRank des universités mondiales. En sa qualité de promoteur de ce Centre académique d’excellence, Serigne Mountakha MBACKE Bassirou souligne l’identité et les valeurs islamiques sans qu’il soit réservé en exclusivité aux musulmans et aux Mourides.

Ils se sentent plus fiers dès lors que l’ancrage personnifie ce haut lieu de savoir destiné entre autres à approfondir la foi des fidèles. Implantée au cœur du pays Baol, l’Université de Touba va conforter son assise par une agrégation de talents et de compétences qui vont contribuer à lui forger une réputation académique de premier plan. Par la diversité des volets d’enseignements et de formation, le complexe enrichit les acquis de la confrérie plus engagée que jamais à forger un être humain conquérant et complet dans un environnement rassurant et moins aléatoire.

Cet éventail de filières prépare les futurs étudiants à intégrer des domaines de compétence en toute connaissance de cause. Le film réalisé par iTV, la chaîne de télévision de E-Media, aborde ces aspects en interrogeant des hommes du sérail, pour l’essentiel des universitaires de renom qui se réinvestissent à nouveau. Ils allient la foi, la rationalité, l’engagement et la motivation. La belle juxtaposition de leurs avis techniques sur la cohérence du projet académique éclaire d’un jour nouveau les étapes franchies.

Mieux, le modèle universitaire puise sa force des traditions soufies et envisage une reprise en main de l’éducation comme une boussole de rupture. Le film prend en considération tous les aspects d’attraction : la valorisation des savoirs locaux articulés aux technologies, la marche et l’organisation de l’Université dans les traces de Cheikh Ahmadou Bamba.

Le documentaire réalisé par E-Media décortique les ressorts de puissance, expose les enjeux de l’éducation et interpelle les finalités à travers les cours magistraux qui constitueraient l’ossature des enseignements envisagés. Le film explore les opportunités tout en mettant l’accent sur les promesses de transformations qu’englobe le CCAK.

Financé à hauteur de 30 milliards, il se destine à atteindre une taille critique pour mieux faire ressortir son empreinte académique et sa dimension africaine. Le désir profond de souveraineté colle à l’esprit de bâtir une université qui maîtrise son destin. Pour peser, elle a besoin d’une nette affirmation de son existence, de sa puissance, de sa volonté et surtout de son attrait pour transcender les clivages. Si l’objectif est clair, le chemin ne l’est pas moins.

La solidarité des acteurs, cimentée par un dessein commun de forger un destin, témoigne de l’attention portée à cette université décidément pas comme les autres. D’ailleurs ceci n’a rien de surprenant puisque l’appel de l’actuel khalife suffit à mobiliser les énergies et à tracer une perspective. Lui-même perçoit son œuvre comme le prolongement des actes posés par ses illustres devanciers dont chacun a eu à poser un jalon. A son tour de parachever le chantier entamé bien avant son entrée en fonction.

Sa proximité avec les défunts khalifes qui l’ont précédé lui a permis de mesurer l’importance capitale de cet ouvrage emblématique de son califat. Résultat : adhésion massive des Sénégalais, notamment les Mourides et enthousiasme débordant dans la levée de fonds devant servir à édifier l’infrastructure. Celle-ci, sortie de terre, trône au milieu d’une large superficie entièrement circonscrite pour délimiter le périmètre dédié.

Le documentaire reflète les différentes évolutions du projet. Lequel, une fois achevé, modifiera la carte académique du pays en même temps qu’il rééquilibre les niveaux avec une probable inversion des flux migratoires. La prochaine université de Touba annonce-t-elle un tournant dans l’approche de l’enseignement supérieur ?

Telle que présentée, sa mission rehausse le prestige des grandes figures de l’islam en familiarisant les nouvelles générations avec le leg pédagogique de nos valeureux érudits également dépositaires de savoir reconnu. Venu à point, le film de E-Media constitue une contribution significative à l’éclosion d’un académisme de type nouveau avec pour épicentre Touba.

Mamadou NDIAYE

21 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article