TOUBA : LE BUSINESS FRUCTUEUX DES CHAUSSETTES "BAYE FALL"

news-details
MAGAL 2019

À Touba, certains milieux ne sont pas adaptés au port de chaussures. À la résidence, Cheikhoul Khadim, comme dans certaines maisons de marabouts, les disciples Mourides préfèrent être à pieds nus, ou, à défaut, mettre des chaussettes.

Avec cette forte canicule notée en cette période d’octobre, ces fidèles sont obligés de mettre des chaussettes pour circuler aisément dans les artères de Touba. Ce qui fait que le business de ce produit fait le bonheur de ses vendeurs. Qui les écoulent comme de petits pains. Des commerçants profitent ainsi de cet événement du grand Magal, qui regroupe des centaines de milliers d’individus, pour s’exercer au métier de la vente de chaussettes.

Sueur au fond, un grand sac accroché à son épaule, Moustapha Diouf est commerçant. « Je viens de Ngaye pour la vente de ces chaussettes. J’ai amené 100 pairs et je sais que je vais les vendre tous d’ici le jour du Magal », nous a-t-il fait savoir. Selon lui, les prix d’une paire de chaussettes varient entre 1000 F CFA et 2500 F CFA, selon la qualité.

Toutefois, ces chaussettes ne sont pas celles que l’on avait l’habitude de voir et qui servent de protection pour des chaussures fermées. Ces chaussettes en cuire ou en chiffon, pour la plupart de couleur noire, produits en la circonstance, servent de chaussures. Ils sont communément appelés : « Chaussures Baye Fall ». « Ce sont des chaussures légères. Très souples. II est plus aisé de les mettre », témoigne Sidy Niang, un client.

Vous pouvez réagir à cet article