image

« TOUS LES EFFORTS SONT FAITS POUR FREINER L’ESSOR DE L’AFRIQUE »

image

Dans son intervention faite par vidéo, le Secrétaire général de l’Organisation africaine des producteurs de pétrole, Dr Omar Farouk Ibrahim, a déploré « des efforts fournis » pour « freiner l’essor de l’Afrique. » Une façon, pour lui, de dénoncer la volonté annoncée par certains pays développés, lors de la dernière conférence des Nations unies sur le climat, d’arrêter de financer l’exploitation des énergies fossiles.

Poursuivant, il se demande « si les pays occidentaux avaient autant d’énergies que l’Afrique en a aujourd’hui, est-ce qu’ils allaient abandonner ces ressources-là ? Ou trouver des technologies pour (leur) exploitation ? » Dans ce sillage, a-t-il ajouté, il avait participé, en 2017, à un sommet de l’OPEP. A l’occasion, des pays pétroliers comme l’Arabie Saoudite et d’autres avaient mis sur la table la somme d’un milliard de dollars pour faire développer des technologies qui rendraient ces énergies non polluantes. « Aucune institution ne s’était portée volontaire », a-t-il dénoncé.

« Depuis le 19e siècle, les scientifiques européens ont découvert que les énergies fossiles émettent des gaz à effet de serre. La vérité, c’est que les Européens avaient besoin de beaucoup d’énergies pour transformer leurs conditions de vie. Les énergies fossiles étaient la meilleure ressource pour réaliser cet objectif. Pour leur intérêt, cette information a été tue. Ils ont continué à utiliser ces ressources pendant des décennies, par la suite », a-t-il ajouté.

Avant lui, le président de la Chambre africaine de l’énergie, NJ Ayuk, a recommandé aux cinq pays du bassin sédimentaire (le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau et la Mauritanie), où plusieurs découvertes de gaz et de pétrole ont eu lieu ces dernières années, « de ne pas reculer », « de ne pas renoncer », lors de l’ouverture de la première édition de la conférence-exposition du MSGBC Oil, Gas & Power, au Centre international de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio.
Ouvert ce jeudi, le sommet se poursuit, sous le thème « Energies du futur : Comment financer une transition énergétique juste, équitable et inclusive ? ».

Die BA

16 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article