image

« TOUT ÉTUDIANT QUI LE SOUHAITE DEVRAIT POUVOIR ÊTRE ORIENTÉ DANS UNE UNIVERSITÉ PUBLIQUE »

image

La paix sociale dans l’espace universitaire a été évoquée devant le jury du Dimanche qui en avait comme invité le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Moussa Baldé. En effet, le Saes a déposé un préavis de grève, le problème des orientations des bacheliers persiste toujours. S’agissant justement des orientations, le ministre indique que le gouvernement avait dit que pour désengorger les universités il avait décidé d’orienter les étudiants dans les universités privées. « Les universités publiques prenaient une partie et tout le reste choisissait des universités privées. C’est un système qui a fait son temps, qui a connu ses limites avec des dettes énormes par rapport aux établissements d’enseignement privé que nous sommes en train de solder. Maintenant, on a fait une pause pour évaluer parce qu’il a un audit du système qui montrait qu’il y’avait beaucoup de failles. En attendant, on dit que tout étudiant qui le souhaite devrait pouvoir être orienté dans une université publique », a-t-il déclaré. Avant de préciser « naturellement, il y’a des étudiants qui eux décideront d’aller dans les privés. D’ailleurs sur Campusen on a commencé les orientations et sur les 75.000 bacheliers 72.000 ont ouvert un compte pour demander une orientation. Les 3.000 ont fait d’autres choix ».

Par ailleurs, les personnels administratifs et techniques sont aussi en grève depuis octobre et il accuse le ministre de parti-pris. « Ce ne serait pas intelligent de ma part de prendre parti dans un conflit comme ça. Ce qui se passe c’est qu’à mon arrivée, ils avaient déjà déposé un préavis de grève. Et ils m’ont dit qu’ils étaient désolés de m’accueillir avec une grève mais c’est quelque chose qui était prévu depuis très longtemps. Le point de revendication c’est que de leur point de vue, la circulaire du ministère des finances qui parle de la revalorisation des salaires des fonctionnaires ils considèrent qu’ils étaient concernés. Sauf que l’université est autonome. Ils ne sont pas concernés. Ça, au moins c’est clair et on est d’accord », relève le ministre, Moussa Baldé. Maintenant, explique-t-il, compte tenu de l’inflation du coût de la vie, il est prêt à discuter pour voir comment améliorer leur pouvoir d’achat. « On a travaillé sur ça et j’ai fait des propositions une partie des syndicats a dit qu’ils sont d’accord avec cette proposition et ils ont signé un protocole d’accord. Il y’a une partie qui dit qu’elle n’est pas satisfaite. Ils ont beaucoup d’indemnités qui ne sont pas considérées comme légales du côté du ministère des finances. Moi j’ai travaillé avec la finance jusqu’à la primature pour que ce décret soit signé le plus rapidement. Il est dans le circuit et il sera signé », promet-il.

Cheikh Moussa SARR
Abdouaye SYLLA (Photo)

5 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article