image

« TOUTES LES SOLUTIONS PRÉCONISÉES ICI SONT A NOTRE PORTÉE »

image

Lundi 26 septembre, le président de la République, Macky Sall, a échangé avec les associations de consommateurs pendant près de 7 tours d’horloge. C’était lors du lancement des concertations sur la lutte contre la vie chère. Les différents acteurs ont dit au président Macky Sall que beaucoup de choses ont été faites pour soulager la population. Mais, il y’a un réel problème sur la communication gouvernementale. S’agissant du pain, par exemple, n’eut été les 15 milliards de l’Etat, la baguette de pain aurait coûté 350 et non 175 francs. Il y’a aussi la distribution des engrais aux agriculteurs, la renonciation à certaines taxes, entre autres, mesures. Toutefois, les consuméristes estiment que des efforts restent à être faits pour toujours soulager les populations.

Prenant la parole à la suite des différents intervenants, le président Macky Sall exhorte les ministres et directeurs généraux de donner la bonne information aux populations. Par ailleurs, il a déclaré : « le contexte international actuel ne nous épargne pas la dureté de ses effets mais le subir n’est pas une fatalité. En érigeant les questions dont nous venons de discuter en priorités, j’ai voulu fixer le cap d’une action efficace pour faire face à cette conjoncture difficile. En effet, de notre réunion se dégage un consensus sur la nécessité de l’engagement de tous pour lutter contre la vie chère, renforcer le pouvoir d’achat des Sénégalais, promouvoir la production locale et le « consommer local », a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : « C’est dans cet esprit que je vous propose, à la suite de nos échanges féconds, de retenir les décisions suivantes » :

Zoom sur les mesures d’urgence et les Maîtres d’œuvre
01. Payer les compensations financières évaluées à 15.518.704.763 F.CFA dues aux meuniers, (MFB) ;
02. Payer la subvention pour le riz paddy de 30 FCFA le kg sur le prix au producteur et de 2 FCFA le kg au transformateur, en vue de prendre en charge les frais liés à la tierce détention et certification pour un montant de 3.200.000.000 FCFA, (MFB).
03. Suspendre les droits d’accises sur les corps gras appliqués aux industries huilières locales, (MFB)
04. Tenir des pourparlers avec les gouvernements indien et/ou pakistanais sur les importations de riz brisé, (PRIMATURE).
05. Renforcer le contrôle ainsi que l’octroi de moyens matériels, logistiques et humains des services du ministère du Commerce et des PME pour une plus grande efficacité de ses actions liées à l’application correcte de la réglementation économique, (MFB, MFPTSP, MCCPME).
06. Maitriser les droits et frais de passage portuaires qui ont un impact aggravant sur les prix intérieurs, (MCCPME, MPEM).
07. Décongestionner le Port Autonome de Dakar, (MCCPME, MPEM).
08. Mettre en place un numéro vert opérationnel, (MCCPME, SONATEL).
09. Mettre en place un système d’information d’alerte et suivi des prix, (MCCPME).
10. Poursuivre les mesures visant à contenir les prix, (MFB, MCCPME).
11. Tenir périodiquement des concertations avec les acteurs du secteur, (PRIMATURE,
MCCPME).

B / les mesures structurelles et les Maîtres d’œuvre
01. Réorganiser la distribution par l’assainissement des circuits, la maitrise des flux des produits et le respect des règles régissant l’information commerciale qui restent indispensables en matière de concurrence, (MCCPME).
02. Relancer la production agricole, (MAER).
03. Améliorer le cadre de gestion des filières d’intérêt stratégique ainsi que la protection des revenus des producteurs, (PRIMATURE).
04. Promouvoir le consommer local, (MCPME).
Ce sont là, renseigne le président Macky Sall, quelques décisions pour une action conjoncturelle et pour des solutions structurelles à apporter aux questions qui nous préoccupent.

« Je souhaite que nous travaillions main dans la main – Gouvernement et acteurs du secteur – pour rendre opérationnelles les décisions et concrétiser les orientations. Je suis, pour ma part, entièrement disposé à soutenir cette dynamique. Il n’y a pas, pour notre pays, de défi impossible à relever. Aucun horizon ne nous est indépassable. Toutes les solutions préconisées ici sont à notre portée », a-t-il dit.

Pour finir, il engage le Premier ministre et le ministre du Commerce, de la Consommation et des Petites et Moyennes Entreprises à poursuivre les concertations avec les acteurs, dans un délai de trois semaines, et à ne ménager aucun effort pour atteindre le but que nous nous sommes tous fixés.

Cheikh Moussa SARR

27 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article