TRANSPORT : 135 ENSEIGNANTS LAISSÉS EN RADE À SAINT-LOUIS

news-details
REPRISE DES COURS

Ansoumana Diédhiou, responsable du Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire (CUSEMS) section Saint-Louis, dénonce une « cacophonie » dans le convoyage des enseignants vers leur lieu d’affectation. 135 enseignants y sont laissés en rade, fulmine-t-il : « C’est une situation assez délicate que nous avons trouvée ici. Des collègues ont été convoqués pour prendre départ aujourd’hui pour aller à Louga, Linguère, Thiès et Dakar. Mais ils n’ont pas pu prendre le départ, simplement parce qu’ils n’ont pas trouvé le moyen de transport. C’est une cacophonie que nous avons notée, un manque d’organisation et un fiasco dans le convoyage de nos collègues. Cela nous ne pouvons pas l’accepter ».

Dans tous ses états, l’enseignant ajoute : « Quand on voit des camarades qui offrent un décor de clandestins, c’est vraiment désolant et inacceptable. Nous avons dit que nous sommes des fonctionnaires et que si l’État a besoin de nous, notre devoir c’est d’aller répondre. Quand on n’a pas de possibilités aujourd’hui du fait de l’État d’urgence et du couvre-feu, les collègues ne pourront pas se déplacer. L’État se doit aujourd’hui de les convoyer dans des conditions acceptables. Nous exigeons ici et maintenant que les collègues soient respectés et convoyés dans leur service. Sans cela, nous prendront nos responsabilités. Aujourd’hui, nous allons rencontrer le ministre de l’Éducation nationale à la gouvernance. Nous allons lui faire part de cette situation inacceptable, injustifiée et injuste ».

En face, Mamadou Talla, la tutelle, avoue, évoquant un « algorithme très complexe » dans les colonnes du journal Vox populi : « Malgré les conditions difficiles de voyage, en dépit de l’appel qui a été un peu tardif, les enseignants se sont mobilisés partout au niveau national pour venir répondre à l’appel du président de la République. Je tenais vraiment à les remercier pour cela. Parce que ce n’était pas du tout évident de faire déplacer 19 000 personnes à partir de 14 régions et 45 départements ».

Vous pouvez réagir à cet article