TRAVAUX FORCÉS À PERPÉTUITÉ ET MANDAT D’ARRÊT INTERNATIONAL REQUIS CONTRE CHEIKH BÉTHIO !

news-details
DOUBLE MEURTRE DE MÉDINATOUL SALAM

La peine de travaux forcés à perpétuité et un mandat d’arrêt international ! C’est la sentence que le procureur de la République a requise ce lundi, 29 avril 2019, contre les 16 accusés impliqués dans le double meurtre de Médinatoul, y compris le guide des Thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune, jugé par contumace. Selon le représentant du ministère public, les faits retenus contre les accusés sont tangibles.

Mieux, le représentant du ministère public a indiqué que l’implication de Cheikh Béthio Thioune dans cette affaire ne peut pas être contestée. Ce, au vu de tout ce qui a été dévoilé devant le prétoire. Il s’y ajoute les déclarations circonstanciées du guide des Thiantacounes à l’enquête préliminaire. Très en verve, le maitre des poursuites demeure convaincu que c’est le « Ndiguel » du "Cheikh" qui a occasionné la mort des deux victimes, Bara Sow et Ababacar Diagne. Selon le procureur de la République, Cheikh Béthio Thioune était bien au courant de la machine qui a exécutée ses deux disciples. Ce, soutient le parquet, parce qu’il a clairement indiqué vouloir la mort de Bara Sow et a donné le feu vert pour que ce dernier soit tué. En sus de la peine de travaux forcés à perpétuité, le procureur Youssou Diallo a demandé à ce qu’un mandat d’arrêt international soit décerné contre Cheikh Béthio Thioune qui est présentement hors du territoire sénégalais, ce qui fait qu’il est jugé par contumace.

Le procureur du tribunal de grande instance de Mbour estime que le guide des Thiantacounes s’est soustrait à l’action de la justice sénégalaise d’autant plus qu’il est à l’étranger contre l’avis de ladite justice et que son dossier médical est vide.

Pour les trois autres accusés qui sont en liberté provisoire, le procureur a requis 10 ans de travaux forcés. Il faut toutefois préciser que le réquisitoire du parquet ne lie pas forcément le juge qui donne son verdict par intime conviction. L’audience reprend ce mardi avec la plaidoirie des avocats de la défense.

Vous pouvez réagir à cet article