image

TROIS FIGURES MARQUANTES DE L’ESPACE PUBLIC RESSUSCITÉES

image

« La vie est un temps de parole », tel est l’intitulé de l’ouvrage du journaliste Alssane Samba Diop. La cérémonie de dédicace qui s’est tenue vendredi à la Maison de la presse Babacar Touré, a réuni parents, amis, hommes politiques, journalistes, écrivains, universitaires, la société civile, les artistes, bref toutes les sommités ont répondu à l’invitation du Directeur général d’Iradio.

Ce livre de 134 pages est une transcription de ses émissions à la radio avec trois grandes figures qui ont marqué l’espace public. Edité par les Editions « Feu de Brousse », à travers ses belles lignes, Alassane ressuscite pour ne pas dire immortalise les voix de trois figures qui l’ont particulièrement marqué, tous arrachés à notre affection. L’ouvrage en quelque sorte a été écrit en hommage au philosophe Hamidou Dia, au directeur du Laboratoire de l’imaginaire de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), Ibrahima Sow et au coordonnateur du Forum civil, Mouhamadou Mbodji.

Selon le texte, « bien que disparus, leurs voix n’ont pas fini de sourdre en nous, nous rappelant des moments d’écoute d’une partie des conversations citoyennes appréhendées à travers des connaissances avérées, arrimées à une expérience de la vie ». Ce qui un bel hommage selon des témoignages, car Hamidou Dia, Mohamadou Mbodj et Ibrahima Sow étaient des acteurs connus et reconnus dans leur domaine de spécialité, fondement qui participe de la légitimation de leur prise de parole en public ».

Le livre est préfacé par le journaliste Abdou Salam Kane (ASAK), la postface signée par l’historien Abdourahmane Ngaidé. Qui fait savoir que c’est une belle aventure qu’il est train de mener avec Alassane depuis des années. « Alassane Samba Diop est partie intégrante de ces individualité qui mon permis de prendre le micro et d’avoir le courage de m’adresser à un public. Il m’a permis de mieux comprendre la société dans laquelle je vis », témoigne-t-il.

Prenant la parole, l’éditeur du livre, le poète Amadou Lamine Sall a déclaré : « cet homme n’est pas un homme. Ce journaliste n’est pas un journaliste. Alassane Samba Diop est une émotion, une voix, un cri. Alassane est redoutable chasseur de vérité, face au micro il vous écoute. Il vous pousse dans les barbelés ». Et d’ajouter qu’ « Alassane n’est pas un écrivain. Alassane est un accoucheur ».

Le poète note que ceux qui disent que les journalistes sénégalais d’aujourd’hui sont loin d’être ce que leurs devanciers ont été, et dans la compétence et dans la rigueur et dans l’éthique, ont « menti ». « Les journalistes d’aujourd’hui, comme celui du jour, ne font pas honte. Ceux qui font honte, ce sont ceux qui se sont vendus à la facilité, au gain facile, à l’immoralité. Ils ont à la fois vendu leur âmes, abimé la grammaire de toutes langues, dévoyé la puissance et le respect de leur voix ou de leur plume… », défend-t-il.

Le professeur Mbaye Thiam, « ami » et frère » de l’auteur, indique qu’il retient le sens et l’objet du sous-titre du livre qui renvoie à une émission à la parole, qui renferme Alassane Diop. « En déclarant dés la page de garde que cet ouvrage est un hommage à feus Hamidou Dia, Mouhamed Mbodji et Ibrahima Sow. Alassane a décliné une de ses facettes humaines qui renforce ses qualités professionnelles » a-t-il noté.

A l’en croire, malgré sa notoriété reconnue, sur le champ du journalisme et de la communication, Alassane n’a pas encore et ne succombera pas dans le piège de la « starisation, qui a enterré bien des carrières de communicants. Il met en valeur la capacité de ses invités en réussissant à leur tiré les vers du nez sans agresser » flatte-t-il. Et de saluer le professionnalisme, le courage, la générosité de Lazou (…)

Très ému, peu prolixe, l’auteur de cet ouvrage M. Diop a tenu à remercier ses invités, sa femme. « Je lui rend hommage pour sa patience et sa générosité. Si ton mari a pu produire un livre aujourd’hui, c’est que tous les dimanches il n’est pas à la maison. C’est le sacrifice qu’il faut faire pour que le Sénégal continue à tenir debout », dit-il d’emblée. Et de saluer la qualité et la disponibilité de ces grands intellectuels que sont « Hamidou Dia, Mouhamdou Mbodji, et Ibrahima Sow. A travers eux, je rends hommages à toutes les personnes qui sont venues participer à nos émission du GFM à Emedia ».

Alassane Samba Diop est journaliste diplômé du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI). Il est de la 25ème promotion.

Adama AIDARA KANTE

11 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article