Thierno Madani Tall, un marabout des temps modernes

news-details
RELIGION

Point d’attractivité majeur de la ferveur religieuse, la mosquée omarienne de Dakar, nichée sur la Corniche, s’apprête à revêtir ses habits neufs pour abriter ce week-end la 39ème édition de la Ziarra annuelle dédiée aux illustres figures de l’Islam, Thierno Saïdou Nourou Tall et Thierno Mountaga Tall qui reposent, côte à côte, pour l’éternité dans le même mausolée.

En sa qualité de serviteur de la Communauté omarienne, Thierno Madani Tall, apparaît avec le recul, comme le métronome incontournable de cette cérémonie devenue au fil des ans, un événement de taille inscrit dans l’agenda officiel du Sénégal.

Fils de Thierno Mountaga Tall dont il est le Khalife actuel, le marabout Madani Tall cultive la discrétion qu’il adopte comme système de gouvernance en plus de l’accessibilité chaudement appréciée des fidèles qui le plébiscitent du reste pour sa simplicité et sa touchante humanité. Il jouit d’une très forte réputation dans les cercles religieux d’Afrique et du Maghreb.

Silhouette fine, regards perçants et voix douce, il s’impose par sa connaissance ésotérique, son sens de la nuance et sa maîtrise de la jurisprudence islamique. Il n’est rien d’autre qu’un Fakih dont le savoir fécond démêle les situations, éclaire les voies et apaise les esprits. Il a des allures de seigneur discret mais distingué.

En ces temps troubles où « l’oubli de Dieu » provoque des crises inextricables, Thierno Madani sait retrouver ses accents de tribun pour parler au monde et ramener les hommes sur le droit chemin. Ne disait-il pas en janvier 2018 à lors de la précédente Ziarra qu’une « frange importante de l’humanité s’est détournée de l’injonction de Dieu et de Son Messager, d’une part, par ce qu’elle ignore les fondements de la religion et de la foi et, d’autre part, par ce qu’elle s’est assujettie à l’influence de Satan et de l’égo. La plupart se préoccupe de cette vie-bas éphémère au détriment de l’au-delà éternel. »

Il ajoutait avec vigueur cette réflexion teintée de pédagogie : « C’est ce qui explique la course effrénée à la richesse mondaine qui attire les gens prêts à s’entretuer comme des animaux. »

La juxtaposition de ces deux assertions résume Thierno Madani Tall dont le nom est attaché à la vitalité de la confrérie tidjane au sein de laquelle il joue un rôle de pacificateur. Elevé par un père soufi, attentif et attentionné, Thierno Madani a fait ses humanités dans le labeur, dans l’effort, faisant abstraction de son rang et de sa naissance pour une immersion dans la société au gré de sa fréquentation de prestigieux foyers religieux pour compléter sa formation afin d’en apprendre plus sur la foi.

Fin observateur de la société sénégalaise, il décortique avec subtilité les spécificités qui la caractérisent. Son influence est grande. Tout comme l’est sa spiritualité. Sa demeure sise à la Médina, épicentre de l’unité de la foi omarienne, ne désemplit pas. Les gens humbles et aisés y affluent sans distinction. D’ailleurs, tous ont droit aux égards affectueux et délicats du Serviteur de la Communauté qui s’adresse avec réalisme aux fidèles.

Thierno Madani Tall vue un respect et une admiration à son frère aîné Thierno Bassirou Mountaga Daha Tall, Khalife de la famille établi à Louga.

Par sa conception de l’unité, il donne une certaine stabilité à la Umma. Attaché aux traditions par ses origines et son éducation, il n’en est pas moins l’incarnation d’une évolution, peut-être même d’une révolution, car pour lui, les époques sont sujettes à des changements profonds.

Il assoit son magistère sur les traditions anciennes avec la ferme volonté de préserver l’édifice transmis par ses illustres parents. Il écrit et pense en stratège et gère le patrimoine immatériel par des invocations senties lors des grandes crises qui paralysent le pays ou la sous-région.

Les fidèles vénèrent les lieux, devenus sacrés depuis qu’y reposent les deux saints hommes Thierno Seydou Nourou et Thierno Mountaga Ahmed. Sous son magistère, la modernisation se poursuit. Il s’ouvre aux évolutions et se montre curieux de détenir les clés pour comprendre la marche du monde.

Pour cela, il s’entoure de talents formant une équipe pluridisciplinaire chargée de lui décoder les fureurs de l’époque. En cela, ll s’affiche comme une figure dominante de la famille élargie. Bien plus tard, il s’accommode de la modernité tout en affirmant l’authenticité de la voie tracée par son auguste aïeul, El Hadj Omar Tall fondateur légendaire de la branche sénégalaise de la Tarikha Tidjane…

Pour avoir compris le pouvoir de l’image, il a fait quelques concessions avec des mises en scène réussies des dernières éditions de la Ziarra dans le but évident d’attirer davantage les pèlerins à Rawda.

En revanche, Thierno Madani évite les mondanités et cultive un idéal de simplicité et surtout d’humilité. Le rayonnement actuel de la tarikha porte sa marque de fabrique dans maints domaines avec pour souci de conserver le lourd héritage légué par la longue lignée des Tall dont il est, aujourd’hui, un des dépositaires.

Vous pouvez réagir à cet article