UGB : Le SAES s’insurge contre le comportement des étudiants et décrète 72 heures de grève

news-details
SAINT-LOUIS

72 heures, c’est le mot d’ordre de grève décrété par le bureau de la coordination du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES). Un mouvement d’humeur qui intervient suite aux actes de vandalisme enregistrés hier, mercredi 10 avril 2019 à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB).

Selon le SAES, « un groupe d’étudiants dirigés par des membres de la Coordination des Etudiants de Saint-Louis a fait irruption dans le bureau du Recteur (de l’UGB, Ibrahima Thiaré) pour y déverser des eaux usées et proférer des injures et menaces de mort à l’encontre de ce dernier. » Ce, en guise de protestation contre le problème d’assainissement du campus social. Les étudiants réclament aussi plus de diligence sur le traitement du dossier de Fallou Sène, étudiant tué lors d’affrontements entre forces de l’ordre et pensionnaires de l’UGB, qui revendiquaient le paiement des bourses.

Pour leur part, les enseignants qui désapprouvent la méthode des étudiants-grévistes, exigent non seulement la traduction en Conseil de disciplines des responsables de ces actes en prenant les sanctions qui s’imposent mais également la dissolution de la Coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL)

« Au moment où tous les enseignants sont en train de faire tous les efforts possibles pour aider l’UGB à retrouver sa stabilité, le SAES constate avec indignation et amertume ces actes de vandalisme perpétrés sur la plus haute autorité de notre Institution et sur un enseignant dans l’exercice de ses fonctions », lit-on dans le communiqué du syndicat.

Vous pouvez réagir à cet article