image

UN BILAN EN DEMI-TEINTE

image

Élu le 25 mars 2012, le président Macky Sall souffle ce 25 mars, ses dix ans à la tête du Sénégal. Deux ans après le Yoonu yokkuté, il décide d’adopter Plan Sénégal émergent (Pse), le référentiel de la politique économique et sociale sur le moyen et le long terme. Pour atteindre ses objectifs, Macky Sall a mis en place une stratégie décennale. Dans le Plan d’actions prioritaires (Pap 2014-2018) la transformation structurelle de l’économie et de la croissance constitue l’axe I de sa politique.

En 2012, lorsqu’il prêtait serment, le taux de croissance du PIB était à 3,5 %. Il était prévu que la mise en œuvre diligente des réformes clés et des projets du Pap permettra d’atteindre un taux de croissance annuel moyen de 7,1% sur la période 2014-2018. Mais il a enregistré une croissance annuelle supérieure à 6%. En 2022, la Banque mondiale projette des croissances du Sénégal de l’ordre de 5,5% en 2022 et 9,2% en 2023, croissance qui serait portée par l’exploitation du gaz et du pétrole.

Ainsi, en 2012, l’Idh du Sénégal était 0,487. Selon le rapport de 2020, le Sénégal est toujours dans le groupe des pays à développement humain faible avec un indice de 0,512 et occupe la 168e place sur 189 pays.

Toutefois, sur le plan des infrastructures, Macky a suivi les pas de son prédécesseur, en faisant des progrès significatifs. Ces projets ont permis de désenclaver la capitale, qui représente la majeure partie de l’activité économique du pays. En outre, il y a le Train express régional, le Brt en cours de réalisation, l’Aéroport Blaise Diagne fonctionnel depuis 2017, les autoroutes Ila Touba, et les autres jusqu’à Mbour. Les zones frontalières ne sont pas en reste. Entre autres réalisations qui pourraient être mises à son actif, la remise en état de la route du Diéri, le désenclavement de l’Île à Morphil, sans oublier la Casamance qui, non seulement a pu bénéficier des infrastructures routières, est aujourd’hui plus que jamais ouverte au reste du pays avec : les liaisons aériennes, la réalisation du pont sur la Gambie et la desserte maritime.

L’accès à l’énergie est l’un des objectifs que Macky Sall s’est fixé durant ces dix dernières années mandature. Dans le Pse, disponibilité d’énergie en quantité et qualité suffisantes, diminuer de moitié la facture d’électricité des ménages, supprimer les coupures et les pertes associées étaient les objectifs qu’il s’était fixés.

La couverture électrique sur l’ensemble du territoire national est de 78,6 %. Toutefois, le Président Sall ambitionne de fournir de l’électricité à 100 % à sa population d’ici les 5 prochaines années.

Les perspectives pour 2021 dans le sous-secteur de l’hydraulique urbain et rural sont rassurantes à la faveur de la signature d’un nouveau contrat d’affermage avec Sen’Eau, de la poursuite de l’exécution des projets inscrits dans le cadre du Pudc et PePam et de l’appui de l’Ofor. Dans un rapport de la Plateforme sénégalaise des organisations de la Société civile sur l’eau et l’assainissement (Posceas) paru en octobre dernier, la structure déplore « des disparités importantes », malgré l’amélioration du taux d’accès à l’eau potable dans le pays. Alors que 42% des localités situées dans les zones rurales n’ont pas accès à l’eau par adduction, la desserte se concentre dans certaines parties du pays et dans les grandes localités.

Fodé Bakary CAMARA

25 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article