image

UN COLLECTIF SE BAT POUR LA SAUVEGARDE DU POUMON VERT DE SALY PORTUDAL

image

Le collectif pour la sauvegarde de la forêt de Saly a saisi le Sous-Préfet de Mbour pour dénoncer le fait que le poumon vert de la commune de Saly Portudal soit lacéré, découpé, déchiqueté, en petits morceaux et servi à des personnes qui n’ont que faire du bien-être ou du devenir des ressortissants de ce terroir. « La bande de terre qui fait face à la banque CBAO de Saly (Les Hectares) a été morcelée depuis belle lurette et vendue ou cédée (pour résoudre des contentieux) à des personnes morales et physiques dont nous avons pris connaissance de certains noms. Actuellement, un massacre environnemental d’une dimension insoupçonnée s’y opère, des arbres, par dizaines sont en train d’être abattu. D’aucuns brandissent déjà des papiers administratifs en bonne et due forme, à ceux-là, nous demandons d’aller consulter les attributions et missions de la SAPCO, racine de tous les maux », indique un communiqué dudit collectif.

Il rappelle que l’État du Sénégal a, par arrêté N° 007850/MEF/DGID/DEDT en date du 02 octobre 2012, pris par le ministre de l’Économie et des Finances, résilié le bail accordé par l’État du Sénégal à la SAPCO par acte administratif approuvé le 17 juillet 1978, sur la parcelle de terrain d’une superficie de 577 hectares 17 ares et 50 centiares objet du TF 3405/TH devenu 638/MB, excluant ainsi la SAPCO de la gestion des terres de Saly. À cela s’ajoute, selon le document, le Rapport de la Cour des comptes de 2011, à la page 242, dans les recommandations aux lignes 8 ; 9 ; 10, édifie à suffisance des pratiques malsaines en matière de gestion foncière et recommande à cette société de s’en limiter à ses missions et prérogatives.

« La SAPCO qui devait aménager la petite côte et promouvoir le tourisme dans cette station balnéaire, après avoir échoué lamentablement dans sa mission est en train de « déménager » et de semer un « désordre écologique » sans précédent à Saly. Au-delà du crime foncier perpétré par les parties prenantes autour de ce dossier, une forfaiture environnementale accompagne leurs actions », déplore le collectif.

Toutefois, la population de Saly, regroupé autour de ce collectif, informe qu’elle ne se laissera aucunement faire et compte se battre jusqu’au dernier souffle pour ce qui lui reste comme espace vert. C’est sur ces entrefaites qu’il réclame l’arrêt immédiat avec notification par voie écrite et/ou de presse de l’ensemble des travaux sur la zone faisant objet de litige ; arrêt immédiat avec notification par voie écrite et/ou de presse des opérations de coupe travaux sur la zone faisant objet de litige ; publication de la liste exhaustive des espaces attribués avec nom des attributaires ; transformer l’espace en forêt classé ou protégé ; protéger un plan d’aménagement durable de cet espace, inauguration ou démolition des aires de jeux et cantines construits depuis plusieurs années.

Cheikh Moussa SARR

30 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article