UN COMITÉ AD HOC MIS EN PLACE POUR LEVER LES BLOCAGES

news-details
DIALOGUE POLITIQUE

Un comité ad hoc a été mis en place, lors de la réunion de la commission du dialogue politique. Il devrait aider à évacuer les divergences, et trouver des solutions durables.

Après les désaccords notés sur la révision de l’Article 80, de l’arrêté Ousmane Ngom, de cumul des fonctions de chef d’État, et de chef de parti, la liberté de candidature, les parties prenantes au dialogue national n’ont pas pu, hier encore, trouver de plages de convergence sur la désignation de l’autorité en charge d’organiser les élections, relève Le Soleil, dans sa publication du jour. Le journal signale qu’elles ont fini par se fixer des délais pour enregistrer de nouvelles marges de progression.

En guise d’exemple, l’opposition a proposé le délai du 26 mars pour trancher définitivement le débat orienté sur la désignation d’un arbitre neutre pour l’organisation des élections. L’opposition et la société civile tiennent toujours à la création du ministère chargé des élections, et d’une haute autorité indépendante.

La majorité présidentielle a opté, elle, pour le renforcement des organes de régulation comme le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), et la Commission électorale nationale autonome (CENA). Ladite partie, qui n’est pas en phase avec les deux pôles précités, remet en cause la pertinence de leur seconde proposition, arguant qu’il n’est pas du ressort du ministère de l’Intérieur d’organiser les élections.

Selon ses représentants, il ne fait qu’accompagner les acteurs, « gérant que des questions d’ordre matériel durant le processus électoral ». Indiquant, en outre, que « l’implication des Cours et Tribunaux du Sénégal dans ce processus suffit pour lever toute équivoque ».

Dans tous les cas, le dernier mot appartient au chef de l’État, Macky Sall.

Par ailleurs, pour une meilleure vulgarisation de leurs activités, les membres du Comité de pilotage du dialogue national ont annoncé la création d’un site web dédié.

Vous pouvez réagir à cet article