image

UN INCENDIE MAÎTRISÉ APRÈS 7H DE TEMPS ET 200 POMPIERS MOBILISÉS

image

Sept heures de temps ! C’est le temps qu’il a fallu aux unités spécialisées du Groupement des sapeurs-pompiers de Dakar pour venir à bout du sinistre qui s’est déclaré à partir de 02 heures du matin, cette nuit. L’absence de bouche d’incendie a été l’une des difficultés majeures. 212 sapeurs-pompiers ont été mobilisés.

Du pont de Colobane, une fumée noirâtre s’échappe du côté du Port autonome de Dakar (PAD). Il s’agit d’un violent incendie qui s’est déclenché dans un entrepôt de pneus, dit Ets Maleye Sarl, situé au sous-sol du bâtiment estampillé Orabank dans un bâtiment R+2 et R-1, sur le boulevard du Centenaire, à hauteur de CFAO motors, (zone industrielle). Alertés à 02h52 mn, les secours de la 11e Compagnie d’incendie et de secours sont arrivés huit minutes plus tard sur les lieux, nous a expliqué le Commandant Mame Dieng Ndiaye du Groupement des unités spécialisées.

« Aussitôt, nous avons mis en œuvre nos moyens d’extinction », a-t-il rembobiné, soulignant que sur le plan matériel, 22 véhicules ont été engagés, dont dix citernes pouvant contenir entre 5000 et 30 litres d’eau, et une ambulance médicalisée. Mais, sur le plan personnel, 212 sapeurs pompiers ont été mobilisés parmi lesquels 15 officiers pour parvenir à circonscrire les flammes.

D’ailleurs, c’est à 13h30 minutes que les soldats du feu, après avoir rangé leurs matériels dont les pompes à eau et vêtements d’approche (combinaisons spéciales permettant d’appréhender la chaleur) ont commencé le repli, au terme de leur mission de « sauver ou périr ».

Toutefois, le feu maîtrisé, il restait de superviser la phase de déblaie et de dégarnissage. « Ce qui va nous prendre beaucoup de temps vu les configurations des locaux et le potentiel calorifique qui est extrêmement important », a tenu à ajouter le Commandant Ndiaye.

L’opération a tiré en longueur du fait de deux principales contraintes liées aux récurrents problèmes de déficit de bouche d’incendie. « C’est-à-dire, c’est la disponibilité de l’eau. Vu la configuration des locaux, il a été extrêmement difficile d’accéder au foyer principal. Sur le volet disponibilité de l’eau également, il nous est arrivé d’être en rupture. Parce qu’il fallait faire des rotations parce qu’il n’y a pas de bouche d’incendie sur les lieux », a regretté le soldat du feu.

S’agissant des causes du sinistre, une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances. Sur place, des éléments de la gendarmerie surveillaient les opérations de secours.

Un sapeur pompier, qui était venu avec sa blessure, a été finalement désengagé, au cours des opérations. Une autre, souffrant de maux de ventre, a été évacuée.

Texte : Dié BA
Photos : Abdoulaye SYLLA

6 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article