UN MAÎTRE CORANIQUE ARRÊTE POUR PÉDOPHILIE, JAMRA LANCE UNE FATWA

news-details
société - éducation

Après des actes de tortures dans des daaras (talibés enchaînés et battus à mort) qui ont ému l’opinion ces derniers jours, c’est un cas de pédophilie qui est signalée. Le scandale a éclaté à Ouakam. Accusé par ses anciens élèves, un maître coranique a été arrêté depuis jeudi dernier. Les Bureaux exécutifs des ONG JAMRA et MBAÑ GACCE, crient au scandale et exigent une « application rigoureuse » de la loi.

D’autant plus, s’éructent les deux organisations, « un scandale similaire fut naguère énergiquement dénoncée, consécutivement à l’inconduite hautement répréhensible du maître coranique, S.A. Niang, confondu par une enquête de la Gendarmerie dans une triste affaire de pédophilie, qui avait tenu en émoi, en avril 2009, les populations du paisible village de Goulom (Daara Djolof), devenu pour la circonstance tristement célèbre », dans un communiqué parvenu à Emedia.sn.

Le communiqué revient sur cet « autre scandale sexuel, ayant pour théâtre la Commune de Ouakam, à l’actif d’un « maître coranique », qui ne l’est que de nom, et qui profitait de l’immaturité et de la naïveté de ses « talibés » (apprenants), pour abuser sexuellement d’eux, depuis... 1999. »

En effet, souligne le document « de pathétique témoignages-audios, en circulation dans les réseaux sociaux, provenant de ses victimes, révèlent que M.A., le « ouztas » pervers, sous couvert de sa fonction, profitait sans vergogne de l’autorité morale qu’il est censé incarnée vis-à-vis de ses jeunes victimes, pour exécuter ses basses besognes. Son stratagème était bien rodé : il consistait à couvrir de cadeaux ses élèves, leur donnant de l’argent, des téléphones portables, allant même jusqu’à payer les frais de scolarité de certains. Ne se limitant pas à abuser sexuellement de ces frêles talibés, cet obsédé sexuel se livrait parallèlement à des rituels d’apparence sataniques, comme des prélèvements de semences masculines, prétendument pour mieux formuler des prières au profit de ses cobayes. »

Ainsi, « ses victimes, devenus matures, ont pris leur courage à deux mains et se sont résignés à porter plainte contre ce prédateur sexuel. Lequel aurait été finalement arrêté. Mais, comme il fallait s’y attendre, les pressions sociales se multiplient, invitant les victimes à retirer leurs plaintes, afin que l’affaire soit purement et simplement étouffée... à la sénégalaise. »

JAMRA & MBAÑ GACCE s’insurgent contre « l’intrusion de plus en plus manifeste de vicieux pédophiles et de fieffés pédérastes dans le domaine religieux, ternissant l’image de (l’Islam) religion » et dénoncent l’omerta, soutenant « qu’il est grand temps que les Chefs religieux des grandes confréries, garants de l’orthodoxie, prennent ce fléau à bras-le corps, en exigeant désormais que préalablement à tout exercice de cette noble charge, qu’une enquête de moralité fut requise. Afin de préserver nos enfants de ces dangereux contre-exemples, qui n’ont rien à voir avec l’Islam ».

Vous pouvez réagir à cet article