image

UN MATCH D’HOMMES

image

« C’était comme un match de Coupe d’Afrique, avec beaucoup de duels et d’engagement, mais on était prêts. » Pape Guèye ne pouvait pas trouver de mots plus justes pour résumer la partie livrée par son équipe, ce mardi, sur la pelouse du stade Khalifa international de Doha. Face à l’Equateur, les Lions ont puisé jusque dans leurs derniers retranchements pour arracher la victoire contre une équipe coriace, qui n’avait encaissé qu’un seul but sur ses 8 derniers matchs.

Averti sur le niveau d’impact physique qui attendait ses hommes, Aliou Cissé a décidé d’opérer des choix forts. Pathé Ciss et Pape Guèye titularisés au détriment de Nampalys Mendy et Famara Diédhiou, pour apporter plus de présence physique mais également plus de taille pour les duels aériens. Devant, Iliman Ndiaye était préféré à Krépin Diatta. Le risque pris par le sélectionneur a payé mais au-delà de la bataillle tactique, c’est surtout dans le combat physique que ses joueurs ont été présents, avec 59 duels remportés a l’issue d’une rencontre de haute lutte.

Après avoir répondu au défi physique, le Sénégal a bousculé la Tri. Jusqu’à faire sauter le verrou par l’entremise d’Ismaila Sarr, atout offensif numéro un des Lions en l’absence de Sadio Mané, mais muet depuis le début du tournoi. A une minute de la mi-temps, il provoque un penalty qu’il inscrit lui-même (1-0). En rejoignant les vestiaires à la pause, la moitié du chemin est faite. Il fallait encore plus d’impact pour maintenir l’avance. Pourtant, c’est bien l’Équateur, dans un baroud d’honneur, qui va faire douter le Sénégal, en égalisant peu après l’heure de jeu, d’un coup de tête de Moises Caicedo après un corner concédé par Boulaye Dia.

« Un moment difficile », concède Idrissa Gana Guèye à l’issue du match. Le milieu de terrain d’Everton n’oubliera pas de sitôt cette période trouble puisque la minute d’avant, il écopait d’un carton jaune qui le privera du prochain match.

Mais la force des Champions d’Afrique réside justement dans leur propension à ne pas laisser croître le doute. Trois minutes après l’égalisation, arrive la réponse du berger à la bergère et elle est apportée par le capitaine Kalidou Koulibaly, qui également sur corner, inscrit son tout premier en équipe nationale après 67 sélections !

Alfaro, sélectionneur de l’Équateur, aura beau lancer toutes ses munitions offensives, les Lions résistaient et rendaient coup pour coup. Pour sécuriser sa victoire historique, Aliou Cissé répondait en plaçant Nampalys Mendy devant la défense à la place de Pathé Ciss, pour plus de contrôle, et Pape Abou Cissé terminait la partie pour plus de densité dans la surface.

Au coup de sifflet final de l’arbitre français Clément Turpin, le soulagement était total. Le pragmatisme a payé. Le Sénégal est venu à bout d’une vaillante équipe qui, cette année, a tenu en échec l’Argentine, le Brésil et les Pays-Bas. Pas assez pour impressionner des Champions d’Afrique.

De nos envoyés spéciaux (BNF, S. SEYDI et O.NIANG)

30 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article