UN MILITAIRE ACCUSE JAMMEH D’AVOIR COMMANDITÉ L’ASSASSINAT DU JOURNALISTE DEDYA HAÏDARA

news-details
GAMBIE

Au cours d’une audition, ce lundi, devant la Commission vérité, réconciliation et réparations, un militaire gambien membre de la milice secrète de Yahya Jammeh, exécutants de basses œuvres, dénommée "junglers" a avoué avoir participé au meurtre du journaliste Deyda Hydara, l’un des doyens de la presse gambienne, sur ordre de l’ancien président. Un aveu de taille tant ce meurtre constituait jusque-là une énigme pour de nombreux Gambiens. Ce crime qui remonte en décembre 2004 avait suscité une onde de choc et l’affaire avait fini par symboliser l’intention délibérée de museler la presse en Gambie sous le précèdent régime.

Depuis décembre 2004, année de l’assassinat de Deyda Hydara, la question occupait l’oreille droite du quotidien d’informations générales, The Point que le journaliste avait lui-même cofondé. Who killed Deyda Hydara ? Qui a tué Deyda Hydara ne se lasse de s’interroger le journal dans chaque parution depuis 15 ans. Mais depuis hier, cette question semble avoir trouvé sa réponse. Entendu pour la première fois depuis le début des auditions de la Commission vérité, réconciliation et réparations, Malick Diatta, ex-membre de la milice secrète de Jammeh les "junglers", a avoué explicitement avoir participé à la liquidation du journaliste au soir du 16 décembre 2004.

Ce jour-là, Ce journaliste d’investigation, à l’époque copropriétaire du journal The Point, correspondant de l’AFP et de Reporters sans frontières en Gambie a été tué au volant de sa voiture en rentrant du travail.

Sans sourciller, ce soldat, homme de main de l’ancien président et en détention depuis février 2017 a expliqué les détails du crime en citant ses compagnons avec lesquels il a commis la basse œuvre. De l’aveu de ce soldat, au lendemain de l’irréparable, le commandant de la milice leur a remis une " une bagatelle somme en dollars" en guise de récompense de la part du "grand homme".
Interrogé par le principal avocat préposé aux questions sur l’identité du "grand homme", l’officier d’affirmer sans détour qu’il s’agit du "président Yahya Jammeh". Peu après les confessions de Malick Jatta, les hommages à l’endroit du défunt journaliste ont fusé sur les réseaux sociaux.

Contactée, la famille du journaliste n’a pas souhaité réagir pour l’instant. A noter que le régime d’Adama Barrow a indemnisé la famille de Deyda à hauteur de 50.000 dollars, environ 30 millions de FCFA.

Vous pouvez réagir à cet article