image

UN PHILANTHROPE TURC ÉTANCHE LA SOIF DES POPULATIONS LOCALES

image

Au moins 800 enfants meurent par jour dans le monde faute d’accès à l’eau potable. Au Sénégal, les habitants de certaines localités peinent toujours à trouver ce liquide précieux. Pour mettre un terme à ce problème au quartier Darou Salam de Lac Rose, il fallait importer une machine de dessalement de dont le coût est estimé à 5 millions de f CFA.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait le turc, Caglar Dimirkapi, dans le cadre du quatrième acte du projet water walk au Sénégal qui s’est arrêté à Lac rose après Keur Bakary Sarr et Lompoul. « Cette machine élimine les bactéries, purifie l’eau et améliore la qualité. Water Walk envisage de se déployer dans d’autres coins du pays où l’approvisionnement en eau potable se résume à un forage mais aussi dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie », révèle le philanthrope.

Cette machine a soulagé les populations qui avaient l’habitude de parcourir des kilomètres à la recherche d’eau potable. « Nous avions un réel problème d’eau. La preuve ? On se réveillait à minuit pour avoir de l’eau. Il y a plus de 60 maisons dans ce village. Et l’arrivée des Turcs nous a fait beaucoup de bien. Cela va développer même notre économie. Parce que nous sommes des villageois et notre principale activité c’est l’agriculture. Sans eau, il sera difficile pour nous de faire une bonne campagne agricole. Donc c’est un grand bonheur », a soutenu Mbacké Guèye, habitant de Dombolo dans le département de Tivaouane.


Les porteurs du projet sont satisfaits des progrès réalisés. Ils sont heureux de voir ces populations afficher le sourire.

Caglar Dimirkapi, l’engagement humanitaire chevillé au corps

Caglar Dimirkapi est l’initiateur du projet . Depuis 2005, l’homme s’est lancé dans des actions humanitaires. Caglar n’a, en aucun moment, envisagé de faire machine arrière. Diplômé en ingénierie environnemental et hydraulique d’une école française en Turquie, Caglar Dimirkapi s’envole aux Etats Unis.

Au pays de l’oncle Sam, il accorde ses services à de grandes firmes sur la purification de l’eau. Spécialiste de l’eau à cheval entre les USA et la Turquie, une situation attire son attention dans son pays natal. Cette situation va changer sa vie.


En 2005, l’ingénieur en hydraulique dépose ses baluchons pour la première fois en Afrique. Le constat est le même. Dans le continent noir, il y a un souci criard d’accès à l’eau potable. Ce cadre hydraulique pourrait faire fortune d’après son cursus mais Caglar Dimirkapi est convaincu de gagner plus que des billets de banque.

Caglar Dimirkapi a marché dans 36 pays en Afrique et 10 pays en Asie au service des plus démunis. Dans le volontariat depuis 2005, l’homme veut garder le cap tant que ses jambes tiennent. Caglar Dimirkapi est un turc âgé de 50 ans. Il est marié et père de deux enfants.

Cheikh Moussa SARR
Photos : Abdoulaye SYLLA, envoyé spécial

25 octobre 2021