image

UN PONT ENTRE DEUX PEUPLES

image

À l’occasion de la 22e édition de la « Settimana della Lingua Italiana nel Mondo » (Semaine de la langue italienne dans le monde), l’Institut culturel italien de Dakar a présenté mercredi un projet spécial sur le Slam Poetry. Cet événement est conçu avec l’Association AfricultUrban en collaboration avec l’Ong Lvia.

La Semaine de la langue italienne sera célébrée au Sénégal. L’institut culturel italien de Dakar, en partenariat avec l’Association sénégalaise Africuturban et l’Ong Livia, a levé un coin du voile sur le projet spécial sur le Slam Poetry. Le programme se déroulera du 3 au 10 novembre 2022, en proposant des ateliers de poésie performative, des projections, des sessions de slam, une table ronde et une soirée de gala, avec la participation de Giuliano Logos, le premier Italien qui a remporté le championnat du monde de Slam Poetry en 2021, et des représentants de la scène slam et hip-hop sénégalaise.

Face à la presse, mercredi dernier, à l’Institut Culturel Italien de Dakar, sis à Fann Résidence, en présence de l’Ambassadeur d’Italie Giovanni Umbetrto Vito, cela a été une occasion pour les acteurs italiens et sénégalais de débattre sur la manière dont les différentes formes d’expressions urbaines contemporaines stimulent les changements dans les langues et déterminent leur évolution dans le temps. « Le projet fait partie de la première tournée mondiale de poésie performative italienne née de la collaboration entre l’Associazione Wow Incendi Spontanei et les Instituts culturels italiens de Chicago, Washington, Los Angeles, Dakar et le Consulat italien de Chongqing, en Chine », explique l’initiateur du projet slam italien au Sénégal, Oumar Keïta, par ailleurs membre de l’Association Africulturban.

Selon le président de la Ligue sénégalaise de slam, l’objectif, c’est de promouvoir la langue italienne. « Nous l’avons organisé auparavant avec la Belgique donc c’est un de nos agenda à Africulture urbaine. Il est prévu 3 ateliers à Pikine, Thiès, les thématiques portent sur ‘’Connaître le langage du slam sur l’oralité et l’écriture’’. Mais également une table ronde dont le thème retenu est : ‘’L’impact de nos langues dans le slam : Une réflexion entre Italie et Sénégal’’ »,a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : « Il y aura aussi un surfer et une projection de film ‘’Fenene’’ dont Leuz et Foula sont les protagonistes. Et à la fin, il y a la soirée de gala avec comme tête d’affiche Matador, Magui, le duo Sal Ngari Zenix, Foula et Leuz. Et une visite à Gorée. Car l’idée du projet est pour nous de créer un pont entre l’association italienne Africulturban et les cultures urbaines au Sénégal, car il y a un aller et il y aura un retour ».

Construire un partenariat
Prenant la parole, la directrice de l’institut culturel italien de Dakar, Serena Cinquegrama, souligne que la Semaine de la langue italienne dans le monde est la plus ancienne initiative de promotion culturelle conçue par le ministère italien des Affaires étrangères. « Le choix du Sénégal, c’est pour construire des partenariats avec les réalités les plus intéressantes. Et les cultures urbaines constituent l’un des champs d’expérimentation les plus actuels et les plus intéressants pour la langue. Car elles interceptent les changements sociaux, imposent les modes et les nouvelles formes d’expression », déclare-t-elle. Pour elle, la langue est un bagage culturel fondamental pour chaque population. « Nous avons la chance de vivre dans un pays où de nombreuses langues sont utilisées et représentent une énorme richesse, un patrimoine à transmettre aux nouvelles générations », ajoute-t-elle.

Dans son intervention, le professeur Mamadou Dramé est revenu sur l’importance de la langue dans le slam poetry. Selon lui, le slam est très proche du rap. C’est un genre dont l’appartenance au mouvement hip-hop est contestée par les uns et réclamée par les autres. « Le graffiti comme le slam ont offert aux jeunes des espaces d’expression et des formes d’expression en relation avec leur vision du monde », dixit l’universitaire. Considéré comme le précurseur du slam au Sénégal, l’artiste Matador est revenu sur l’historique de ce genre musical. Mais également pourquoi il a porté son choix sur le slam. Et pour finir il a déclamé un texte qui a tenu en haleine l’assistance constituée à majorité de jeunes, des étudiants et des artistes.

Adama Aïdara KANTÉ

23 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article