image

UN SEUL TICKET POUR LE TER ET LE BRT

image

« Grâce à un système de transfert entre le Ter (Train express régional) et le Brt (Bus rapid transit), il sera possible de voyager, en passant de l’un à l’autre, avec un seul ticket, pour faciliter le transport sur toutes les destinations desservies par les deux réseaux ». Une annonce du chef de l’État, Macky Sall, qui procédait au lancement du Ter, lundi. Déjà, parmi les préoccupations soulevées, des passagers qui ont participé au voyage inaugural, ont insisté sur la baisse des tarifs fixés entre 500 et 1500 F CFA, en seconde classe, et 2500 F CFA, en première.

Pour rappel, le Brt, qui va traverser quatorze communes de la région de Dakar, disposera de 23 stations. Sa mise en service est prévue en 2022.
Avant son arrivée à la gare routière de Diamniadio où a eu lieu la cérémonie grandeur nature, le président Sall a visité, le long du trajet, différentes offres de services du projet. Au finish, il a salué « une aube nouvelle », un « formidable saut technologique pour notre pays », et « œuvre nationale historique » qui « nous offrent des conditions de voyage agréables » et nous « aident à mieux planifier nos déplacements, éviter les pertes de temps et les désagréments des embouteillages, et mieux organiser notre vie quotidienne. »

Le Ter, train moderne, équipé de la technologie de dernière génération, conçu pour désengorger Dakar, qui concentre près de 25% de la population sénégalaise, devra, dans la durée, répondre à sept impératifs, a-t-il, par ailleurs, relevé. Citant, d’abord, « le transport de masse, avec 15 trains, chaque train pouvant accueillir jusqu’à 565 passagers, pour un potentiel de 115 000 passagers par jour au total. » Ensuite, « le confort, avec un aménagement intérieur adéquat, le wifi à bord et la climatisation, aussi bien pour la 1ere classe que pour la 2e classe. »

Puis, « la régularité, avec une fréquence d’un train toutes les 10 mn, de 6h à 22h, et toutes les 20 mn, les dimanches et jours fériés. » Poursuivant, Macky Sall a insisté sur « la rapidité, avec une vitesse de pointe de 160 km heure », avant « la mobilité, avec 14 haltes et gares, 15 ponts-routes, 15 ponts-rails et 50 franchissements piétons. Avant d’insister sur « la sécurité et la sûreté. » Sur ce point, a-t-il souligné, « le TER est doté de la technologie embarquée la plus avancée en matière de signalisation, et la surveillance à bord sera assurée par la gendarmerie. » Enfin, il a insisté sur « la continuité du service » puisque « le TER peut fonctionner alternativement en fuel ou électricité pour parer à toute éventualité. »

Pour donner l’exemple, les membres du gouvernement sont invités, par le chef de l’État, à garer leur véhicule, et emprunter le Ter, pour rallier les sphères ministérielles.

Après le lancement, une campagne de gratuité se tiendra de ce 28 décembre 2021 jusqu’au 13 janvier 2022, pour permettre aux futurs clients de s’approprier de ce nouveau moyen de locomotion dont « le chantier a nécessité 25 millions d’heures effectivement travaillées, 7 millions de m3 de mouvements de terre, 300 000 mètres de rail, 300 000 mètres de ballast, 125 000 m3 de béton et 20 800 tonnes d’acier, pour ne donner que quelques indicateurs de l’envergure du projet. »

Mais, « le meilleur est à venir avec l’extension de la ligne jusqu’à l’AIBD (Aéroport international Blaise Diagne de Diass) et la commande additionnelle de 7 trains pour porter le total du parc à 22 trains », a promis Macky Sall.
Pour finir, il a engagé « fermement » tous les services concernés à veiller rigoureusement à la sécurité, la sûreté et la maintenance des installations, des équipements et des trains », fruits « d’un investissement lourd et complexe, dans sa réalisation et son fonctionnement. » Le coût est estimé à plus de 780 milliards F CFA.

Dié BA

Photo : Pape Doudou DIALLO

28 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article