image

UN VENT DE SOULAGEMENT À KALIFOUROU

image

Kalifourou, frontalier à la Guinée (Conakry), reprend vie à la faveur de la réouverture de la frontière sénégalo-guinéenne. Les activités économiques de la zone de transit, située dans le département de Kolda, ont été longtemps plombées par le blocus. Aujourd’hui, les populations sont aux anges. Parmi elles, Aminata, tenancière d’une cafétéria. Elle se frotte les mains, surtout les mardi et jeudi, jours de ’’louma’’ (marché hebdomadaire).

"Nous prions pour que la paix règne"

"Nous rendons grâce à Dieu, soupire-t-elle de soulagement, au micro de Radio Sénégal. Il fut des moments où c’était vraiment dur pour nous. Tout le monde a repris ses activités. Je vends le petit-déjeuner, je gagne entre 15 mille et 20 mille F CFA."

Le même soulagement est perceptible chez Djibril Touré, arrivé il y a quelques mois, dans la zone. "Mon business marche bien. Nous prions pour que cela soit ainsi et que la paix règne entre les deux pays".

Les effets de la fermeture ont été même ressentis dans les recettes de la municipalité.

"Quand il y a eu fermeture des frontières, il y a eu arrêté systématique des flux. Donc, nous avons vu nos économies baisser. Dans le cadre aussi du conseil municipal, les frais de stationnement, qu’on encaissait, avaient cessé", estime le maire de Kalifourou, Aldiouma Boirro.

Sur cette question, l’opposant guinéen Bah Oury, invité du Jury du dimanche (JDD) début octobre, a blâmé l’attitude d’Alpha Condé : "par rapport à cette question des frontières, j’avoue que le président Alpha Condé a causé beaucoup de torts à des milliers de familles guinéennes. Qui, du jour au lendemain, se sont retrouvées sans ressources. Parce que les transactions économiques entre les pays limitrophes, Sierra Léone, Guinée Bissau, Sénégal et Gambie, ont été bloquées pendant un an par une attitude qui n’était pas du tout rationnelle. Fermer les frontières et réduire à néant l’économie locale, sous prétexte que des gens se sont agités par ci par là, c’est un manque de responsabilités".

Dié BA

21 octobre 2021