image

« UNE 3E EXPERTISE S’IMPOSE », (PROCUREUR DE ZIGUINCHOR)

image

C’est toujours la controverse sur la mort d’Idrissa Goudiaby. Les causes du décès de ce jeune, lors de la manifestation interdite de l’opposition, à Ziguinchor, le 17 juin dernier, restent encore floues. Cela est dû au fait que, même les experts commis par le Parquet et celui de la famille ne sont pas parvenus à une même conclusion sur l’origine réelle de cette mort violente.

Lors de sa conférence de presse, ce vendredi, 22 juillet 2022, au Tribunal de grande instance de Ziguinchor, le Procureur Pape Ismaëla Diallo a fait constater que les deux experts légistes commis, par le Parquet et la famille, tous recommandés par l’ordre des médecins, ne sont pas parvenus à une même conclusion sur « l’orifice d’entrée » et la « nature de l’arme ». Le premier expert légiste avait conclu : « une mort par choc hémorragique suite à une plaie pénétrante du cou causée par une arme blanche contondante comme une hache ou un sabre ». Alors que le 2e médecin légiste notait sur son rapport : « Les lésions présentées par M. Idrissa Goudiaby sont compatibles avec une mort violente par arme à feu avec orifice d’entrée endo bicale commissurale droite et orifice massé téro parotidien droit, responsable d’un choc hémorragique et du décès ».

Deux expertises établis par un même corps professionnel qui font que l’opinion reste sur sa faim. « Au moment où nous vous parlons, autant nous tenons compte de la thèse de la mort par balle, autant, nous ne pouvons, non plus, éluder celle de la mort par un autre type d’arme. Et cela se justifie par le fait que dans notre office de représentant du ministère public, notre vocation, notre sacerdoce, est de consacrer toute notre énergie à la manifestation de la vérité. Il s’agit quand même d’un cas de mort d’homme. Qui doit, en tout état de cause, être élucidé, quel que soit le responsable, et de quelque bord qu’il soit.

L’enquête ouverte suit le plus normalement du monde son cours. Et des actes d’investigations précis sont envisagés et seront posés très prochainement. Il s’agit de l’audition des médecins, urgentistes et du personnel médical, entre autres, qui ont reçus feu Idrissa Goudiaby vivant dès son admission à l’hôpital. Je rappelle que ce dernier serait arrivé vivant à l’hôpital », a déclaré M. Diallo.

Rappelant qu’aucun élément ne doit être négligé dans la procédure d’enquête, le magistrat annonce une « 3e et dernière expertise ». Ce, pour éclairer la lanterne des Sénégalais. « Une nouvelle et dernière expertise s’impose. Car au regard des contradictions, entre experts notamment sur l’orifice d’entrée, la nature de l’arme entre autres, un arbitrage doit être nécessairement faits afin que tout le monde soit définitivement édifié », a-t-il déclaré avant d’annoncer la saisine d’un juge d’instruction.

Babacar FALL

23 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article