image

"UNE COHABITATION EST BIEN POSSIBLE..."

image

Au lendemain de sa nette percée aux élections municipales, l’opposition crie victoire et amorce la bataille des législatives prévue dans le second semestre de l’année en cours. Dans cette perspective, les deux principales coalitions de l’opposition, Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, envisagent déjà une cohabitation au Parlement.

Dans les colonnes du journal L’Observateur, l’ancien ministre libéral, Aliou Sow reconnaît qu’une cohabitation à l’Assemblée nationale est bien possible. Le leader du parti Mpcl Liguey théorise une chute libre du pouvoir en place. « Si elles se tiennent à date due, le pouvoir en place sera minoritaire au Sénégal. Il poursuivra son grand déclin dans les zones urbaines, mais remportera indûment l’essentiel des sièges des départements moins peuplés et périphériques sans se rapprocher du bon pourcentage national des 50% plus une voix », a-t-il indiqué. M. Sow d’ajouter : « Avec le mode d’élection actuel des députés, un pouvoir très minoritaire peut remporter l’écrasante majorité des sièges. Cependant, une cohabitation est bien possible en dépit des manœuvres malsaines sur le plan électoral dont le pouvoir en place est souvent l’auteur avec ses opérations d’achat de conscience, de chantages avec des financements et des bourses familiales, de pressions sur des agents de l’Etat, de violences inouïes, de sabotage du bon déroulement du vote et d’instrumentalisation des structures de l’Etat à des fins partisanes, entre autres vilaines pratiques qu’engendrent la nervosité et la peur d’un régime impopulaire en errance. En effet, le pouvoir n’est pas au bout de ses surprises. Cette majorité mécanique qui fait passer tout et n’importe quoi ne saurait perdurer. La vague du changement et du renouveau ne laissera rien sur son passage ».

Babacar FALL

2 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article