image

UNE CONDUCTRICE RACONTE SES DÉBOIRES AVEC UN DÉFICIENT MENTAL

image

Vendredi dernier, en quittant les Almadies pour la Sicap Liberté 2, notre interlocutrice, qui a requis l’anonymat, a dû garer son véhicule pour constater les dégâts. « Je conduisais sur la Corniche, à hauteur de la statue Léopold Sédar Senghor, il faisait 13h30. Tout à coup, la vitre côté passager s’est brisée. J’ai avancé un tout petit peu pour me garer. »

C’est là, a-t-elle confié, au téléphone d’emedia, que les passagers d’une moto qui roulait derrière elle, lui ont signalé qu’on lui avait lancé une pierre. Pis, « j’ai constaté que ma mère saignait et elle avait perdu une dent », a-t-elle souligné. La victime, qui a eu une fracture à la mâchoire, a été acheminée vers une Clinique située tout près. Elle a subi une intervention samedi soir. C’est ce lundi après-midi qu’elle a été autorisée à regagner son domicile, a informé sa fille. 

Sur le sort de l’agresseur, cette dernière ajoutera qu’il a été arrêté suite au signalement fait par les motocyclistes mais il ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales. « J’ai suivi l’affaire et je me suis rendue à la police mais une fois là-bas, l’inspecteur m’a dit que j’avais à affaire avec un déficient mental, et que je pouvais porter plainte si je veux mais qu’il faudra le libérer tôt ou tard même si on se retrouvait devant le Procureur. »

« Aujourd’hui, je suis repartie, et ils m’ont dit qu’ils ont libéré la personne », a-t-elle soutenu. Du coup, elle a tenu à alerter surtout après l’affaire Moussa Ciss, du nom de ce sexagénaire retrouvé mort carbonisé dans un immeuble de Sandaga, et dans laquelle un déficient mental était incriminé.

Die BA

15 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article