UNE CROISSANCE DE 4% ATTENDUE EN 2022

news-details
Afrique subsaharienne

La relance de l’économie dans les pays de l’Afrique subsaharienne reste fragile. Avec la récession causée par la pandémie de Covid-19, c’est un taux de croissance de 3,3% qui est attendu en cette fin d’année 2021 . Mais cette croissance devrait connaître une légère hausse l’année prochaine. Selon les analyses d’Africa’s Pulse, le rapport semestriel de la Banque mondiale sur la situation économique régionale, la croissance devrait avoisiner les 4 % en 2022 et 2023, accusant un retard dans la relance par rapport aux économies avancées et aux marchés émergents, reflet d’un investissement en berne en Afrique subsaharienne. « Un accès aisé et équitable à des vaccins anti-COVID19 sûrs et efficaces est essentiel pour sauver des vies et renforcer la relance économique en Afrique », explique Albert Zeufack, économiste en chef pour la région Afrique à la Banque mondiale.

Néanmoins, l’étude fait état d’une relance économique hétérogène selon les pays de la région, avec pour ses trois principales économies, l’Angola, le Nigéria et l’Afrique du Sud, une croissance attendue à respectivement 0,4 %, 2,4 % et 4,6 %.

L’Afrique du Sud et le Nigéria, mis à part, le reste de l’Afrique subsaharienne a su rebondir plus vite avec un taux de croissance de 3,6 % en 2021. Du côté des économies ne disposant pas de ressources naturelles abondantes, comme la Côte d’Ivoire et le Kenya, on s’attend à une reprise forte avec une croissance de respectivement 6,2 % et 5 %.

Vous pouvez réagir à cet article