image

UNE PARTICIPATION POUR L’HISTOIRE

image

Pour la première fois de son histoire et à la surprise générale, les Scorpions de Gambie ont décroché leur billet pour le rendez-vous de la fête du football africain. Une qualification sans précédent, synonyme de nouvelle ère et qui suscite l’effervescence à Banjul, à la veille de l’ouverture de la compétition.
Amadou Barry nous retrace le parcours des Scorpions.

Independence stadium, le 25 mars 2021. L’ambiance est bonne enfant dans la tanière des Scorpions. « Le moral au zénith », confiait un journaliste sportif gambien. L’équipe joue à domicile, auréolé d’être premier exæquo du groupe avec le Gabon. La Gambie reçoit les Palancas Negras d’Angola après avoir remporté la première manche à Luanda, dans une partie qui était loin d’être acquise. Ce jour-là restera, à jamais, gravé dans les annales du football gambien après la victoire sur les Angolais sur un but à zéro. Suffisant pour décrocher le ticket pour participer à la CAN Total. Le Graal qui se faisait désirer depuis une éternité. Dans les rues de Banjul, c’est l’apothéose. Les supporters sont aux anges. Un exploit célébré à sa juste valeur en récompensant le meneur de la troupe : le sélectionneur Tom Saintfiet a vu son bail prorogé immédiatement jusqu’en 2026, assorti d’une revalorisation de solde.

Arrivé en juillet 2018, le Belge a longtemps misé sur la jeunesse de cette équipe en mettant fin à cinq de disette (sa dernière victoire remontait 5 ans plus tôt, en 2013). « À notre arrivée, on a remarqué un potentiel extraordinaire dans ce pays, aussi bien sur le plan local qu’à l’étranger », racontait-il dans la foulée de l’historique qualification. Force est de constater que le technicien de 48 ans a parfaitement exploité ce « potentiel » gambien. Pour cela, Saintfiet a notamment pu compter sur l’appui et la confiance de sa Fédération, « qui n’a jamais lâché les joueurs et le staff technique ». Mais pas que. Pour se rendre au Cameroun, la Gambie a dû batailler ferme dans un groupe de qualification relevé et homogène. Sans réussir à battre la République démocratique du Congo en deux matchs (un nul, à domicile, une défaite), les Scorpions ont battu le Gabon et surtout de l’Angola. Cette même Angola qui, quelques mois plus tôt, privait les Gambiens d’une participation aux éliminatoires du Mondial 2022…

Qu’importe désormais ! Le sélectionneur, sa Fédération et ses hommes sont tournés vers la CAN 2021. Et même au-delà : « Nous voulons que cette qualification soit le début d’un processus, pour que le football gambien ne rate plus jamais une phase finale de la CAN ».

Dans la foulée, le monde sportif sactive. Un comité de participation pour aider l’équipe à se préparer pour le tournoi majeur du football africain. On table sur une somme de 117 millions de dalasi, quelque 1,5 milliards de FCFA pour les Scorpions. Dans les rues, des panneaux publicitaires incitent les Gambiens à mettre la main à la pâte. Des téléthons sont organisés sur différentes plateformes. Selon le ministre des Sports, au moins 11 millions ont été mobilisés par les Gambiens, fiers de voir leur équipe enfin prendre part à ce tournoi. Il faut dire que les Scorpions ne veulent pas faire de « figuration » en terre camerounaise, met en garde la tutelle. Après un stage de quelques jours à Doha, chahuté par plusieurs cas de covid-19-avec en toile de fond l’annulation des deux matches amicaux- l’équipe fera un tour par Banjul, cette semaine pour recevoir le drapeau des mains du chef de l’Etat avant de faire cap sur Limbé, cette ville anglophone, située sur le Golfe de Guinée.

Dans ce rendez-vous du football, les Scorpions peuvent compter sur plusieurs potentiels dont son attaquant vedette, Assan Ceesay passé par le Sénégal, à qui elle doit sa qualification.

Assan Ceesay

Il est le grand artisan de la qualification historique des Scorpions. Buteur à l’heure de jeu contre l’Angola lors de la cinquième journée des éliminatoires le 25 mars 2021, l’attquant du FC Zürich aura envoyé les siens disputer la grande compétition continentale. Forcément une fierté pour le buteur de 27 ans.

Les promesses : Abdoulie Sanyang, Ebrima Darboe, Musa Barrow, Omar Colley

Leurs prestations seront particulièrement scrutées. De la Gambie à la Belgique et vice et versa, Sanyang, le jeune ailier droit a déjà pas mal voyagé. Cédé une première fois en prêt au Lommel SK, le joueur des Superstars a retrouvé la cadence de jeu cette saison. Itou pour le milieu de terrain de la Roma, Ebrima Darboe qui a séduit le technicien du club mythique de la capitale italienne, José Mourinho.

L’un des espoirs de cette équipe repose sur l’attaquant formé à Hawks FC (championen titre du championnat local), passé par l’Atalanta Bergame avant d’atterrir à la Bologne FC. La défense peut compter sur le défenseur de Sampadoria, Omar Colley et Pa Modou Jagne (le capitaine).

Le sélectionneur : Tom Saintfiet (48 ans)
En place depuis 2018

Véritable globe-trotter, passé par quasiment tous les continents, le technicien belge semble avoir trouvé la stabilité en Gambie. Nommé en juillet 2018, le coach de 48 ans a qualifié la nation pour la première CAN de son histoire. Un exploit récompensé dans la foulée par une prolongation de contrat jusqu’en 2026, assortie d’une substantielle revalorisation salariale.

Calendrier de la Gambie logée dans le groupe F

12 janvier, 17h : Mauritanie/Gambie à Limbé
16 janvier, à 14h : Gambie/Mali à Limbé
20 janvier, à 20h : Gambie/Tunisie à Limbé

Amadou BARRY, Correspondant à Banjul
Photos : Fédération gambienne de foot

5 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article