image

UNE PÉTITION PEUT EN CACHER UNE AUTRE

image

A la veille de l’examen de la requête déposée par le Parti démocratique unifié afin de faire annuler la victoire du président sortant pour, entre autres fraudes, « achats de consciences et participation de non-Gambiens », les avocats de ce dernier ont, à leur tour, déposé un contre recours pour demander que la requête de l’opposition soit déclarée nulle et non avenue. Le procureur entend examiner le dossier dans le fond ce mardi, après avoir convoqué, lundi, les deux parties pour s’entendre sur la marche à suivre. Selon les observateurs, l’examen de cette pétition peut prendre du temps alors que l’investiture du président réélu est prévue à la mi-janvier.

Peu de temps après le dépôt d’un recours par le Parti démocratique unifié afin d’annuler les résultats de la présidentielle qui ont donné le président sortant vainqueur, c’est autour des avocats de ce dernier de déposer un contre recours afin que la requête soit déclarée nulle et non avenue. La pétition déposée mardi dernier par l’UDP demande à la Cour suprême d’invalider tout bonnement les résultats de la présidentielle pour, entre autres, « fraudes, achat de consciences et la participation de non-Gambiens ». Plus tard, la pétition a été modifiée pour inclure la complicité des membres de la Commission électorale indépendante.

Selon une source bien renseignée, en déposant leur demande de rejet de la requête, les avocats de Barrow ont invoqué l’article 69 de la Constitution qui accorde au Président l’immunité contre toute poursuite : civile comme pénale.

30 jours pour vider le contentieux

« Ce dont il s’agit, c’est le candidat sortant et non le président de la République », nuancent les avocats de l’opposition.
Ce mardi, les juges de la Cour suprême devront déterminer d’abord si le dossier mérite d’être examiné, preuves à l’appui.

Cette pétition a-t-elle des chances d’aboutir ? « Pas si évident », souffle Lamin Cham, journaliste gambien, observateur averti de la vie politique de son pays. Lequel analyse : « fournir des preuves d’irrégularités sur tout le processus, restera difficile même si ce n’est pas impossible ». Cham accuse l’opposition de passivité. « La participation de non-Gambiens devrait être posée depuis le bouclage du recensement en juillet », estime-t-il. Quoi qu’il en soit la Cour a trente jours pour vider le contentieux

Amadou BARRY
(Correspondant à Banjul)

21 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article