image

UNE RENCONTRE CONVOQUÉE CE LUNDI

image

L’école retient son souffle. État et syndicats d’enseignants se retrouvent ce lundi 30 mai, pour une séance de monitoring, au siège du ministère des Finances et du Budget. Partant du principe que le gouvernement a rompu les termes du contrat, les enseignants ont déclenché depuis la semaine dernière une série de grèves, dans le cadre d’un 11e plan d’actions. « On est en grève parce que nous avons signé un protocole d’accords avec l’État du Sénégal, le 26 février 2022. La première échéance pour l’augmentation des salaires des enseignants, c’était à la fin du mois de mai. Dès qu’on a reçu nos bulletins de salaire, on s’est rendu compte que les sommes qui étaient annoncées, consignées dans le protocole d’accords, n’ont pas été respectées », fulminait Aliou Diouf, trésorier général national du CUSEMS, interrogé par Emedia.
Lui et ses camarades n’excluent pas de boycotter la tenue des examens y compris le Bac.

En face, la réplique du ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, n’avait pas tardé, rejetant l’argument. « Ils disent que l’imposition sur leurs revenus est plus de 50%. Ce n’est pas exact. Il est impossible qu’un enseignant reçoive un impôt de plus de 43% », avait-il indiqué, face à la presse.

EMEDIASN

30 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article