Un apprenti-chauffeur tue un de ses compères pour 200 FCFA

news-details
JUSTICE

Condamné en première instance à une peine de 20 ans de travaux forcés pour meurtre, Abdoulaye Sow avait interjeté appel pour demander la réduction de sa peine. Sauf que son appel n’aura pas l’effet escompté : la chambre criminelle d’appel a confirmé la première peine. Quid des faits qui lui sont reprochés ?
Les éléments de l’enquête ont révélé que tout est parti d’une dispute entre l’accusé et la victime, apprenti de car rapide. Abdoulaye Sow avait refusé de payer les frais de transport sous prétexte qu’il était lui aussi apprenti. Mais, c’était sans compter sur l’insistance de l’apprenti. Qui continuait à lui réclamer son argent. La tension monte d’un cran et une violente dispute s’installe entre les deux hommes, qui en viennent aux mains. Les passants et autres clients du bus les séparent.

Sur ces entrefaites, Abdoulaye Sow s‘empare du couteau d’un vendeur de coco pour poignarder son rival. Ce dernier, n’ayant pu supporter la violence du coup, est passé de vie à trépas avant son acheminement à l’hôpital.
Après son forfait, l’accusé a voulu prendre la tangente mais, il a été vite maîtrisé par la foule qui l’a transporté à la gendarmerie de Keur Massar. Entendu, il a reconnu les faits avant de soutenir qu’il n’avait pas l’intention de le tuer. Ce vendredi, il a réitéré les mêmes propos avant de verser de chaudes larmes à la barre pour regretter son acte. Estimant que la vie humaine est sacrée, l’avocat général a requis la confirmation de la première peine. Là où les avocats de la défense avaient plaidé pour une application bienveillante de la loi pénale.

Vous pouvez réagir à cet article