VACCIN COVID ET MALADIE MYSTÉRIEUSE DES PÊCHEURS : LES PRÉCISIONS DU MINISTRE

news-details
SANTÉ

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a, lors de la 2e conférence du Gouvernement, fait le point sur la situation de la maladie qui affecte les pêcheurs. Le ministre a annoncé que, depuis le 2 décembre dernier, aucune notification n’a été faite et tous les cas sont guéris. « Il faut aussi noter qu’aucun cas secondaire n’a été observé chez les familles de pêcheurs », a rassuré le ministre.

Poursuivant ses explications, Abdoulaye Diouf Sarr a expliqué que des prélèvements ont été envoyés en France pour déterminer les causes de la maladie. « Les premiers résultats ont montré la présence d’une espèce d’algues non connues pour produire des toxines. Ainsi, il ne reste au laboratoire qu’à tenter une analyse non-ciblée qui n’a pas de garanti de succès et peut prendre beaucoup de temps », a expliqué le ministre de la santé et de l’Action sociale.

Puis, le ministre d’ajouter : « À ce stade de la recherche étiologique aucune piste ne peut être écartée même si la cause la plus plausible causant cette dermite irritative de contact reste les toxiques y compris les toxines sécrétées par certaines algues ». De l’avis du ministre, il faut éviter d’aller sur des conclusions hâtives. Cette question, rassure-t-il, sera tirée au clair au bonheur des pêcheurs.

« le Sénégal n’utilisera un vaccin que s’il est homologué par l’OMS »

Par ailleurs, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf a également apporté des précisions sur le vaccin contre la maladie du coronavirus. D’emblée, le ministre de la Santé et de l’Action sociale a précisé que « le Sénégal n’utilisera un vaccin que s’il est homologué par l’OMS. Mieux, ajoute-t-il, il est utilisable dans notre chaîne logistique de conservation avec toute la sûreté et la sécurité requise ». Dans le même ordre d’idées, le ministre a tenu à préciser qu’ « aucun vaccin n’est pour l’instant choisi par notre pays ».

À l’en croire, le Sénégal attend toutes les spécifications techniques nécessaires et les experts de son département y travaillent pour le meilleur choix possible.

Vous pouvez réagir à cet article