VEILLE DE BAC DANS LES LYCÉES : ENTRE RÉVISIONS ET INSTALLATION DU DISPOSITIF D’EXAMEN

news-details
ÉDUCATION

Les épreuves du baccalauréat général commenceront demain dans toute l’étendue du territoire sénégalais. À cet effet, les écoles prennent déjà l’allure de centres d’examens pour accueillir les candidats à ce premier diplôme universitaire...

Au lycée Sergent Malamine Camara Ex LyMoDak, il n’y a pas beaucoup d’affluences, tout est calme. Dans la vaste cour de ce centre d’examens, les arbres bornent les différentes allées. Dans ce décor verdoyant, il n’y a presque pas d’élèves sauf deux qui ont encore le nez plongé dans leurs cahiers pour se mettre davantage à jour. C’est aussi le moment pour le surveillant de passer à la dernière vérification des salles d’examens avec la numérotation des table-bancs. Et c’est avec précaution qu’il prend la peine de bien vérifier et de compter les bancs.

Les salles sont fermées après vérification. Le centre d’examen lycée Sergent Malamine Camara Ex LyMoDak, accueillera 1000 candidats qui seront répartis dans deux jurys différents, le jury 1700 et le jury 1701. Le premier compte 400 candidats compris dans deux séries que sont la L’1 avec 200 candidats et la S2 avec 200 candidats aussi. Le second jury comptabilise les 600 autres candidats restants.

Alors que les surveillants s’appliquent dans leur travail, les élèves commencent à venir petit à petit. Certains viennent pour identifier leur salle ainsi que leur place, d’autres viennent pour réviser un peu. Habillée d’une taille-basse en wax marron accompagnée d’un voile noir, son masque bien porté, cette candidate au baccalauréat vient pour la première fois dans ce lycée. Assise toute seule, faisant face au bâtiment A, elle semble méditer. Sous l’anonymat, elle nous confie qu’elle est une candidate individuelle.

« Je suis une candidate individuelle, je viens de la région de Kaolack. Puisque je ne vis pas ici, on m’a suggéré de venir pour connaitre le centre ainsi que ma salle pour que ça soit plus facile demain In Shaa Allah ». Aussi, elle rassure qu’elle est sereine. « Dieu merci, Alhamdoulilah, le morale ça va bien. Nous savons que tout ne dépend pas de nous. Tout ce que nous avons à faire, nous le faisons car nous avons bien appris nos cours, nous avons fait beaucoup d’exercices, les professeurs aussi nous ont beaucoup assisté. Egalement, nous prions le Bon Dieu pour qu’il nous accorde le bac, et tout ce qu’Il fera nous accepterons et lui rendrons grâce. »

Sur un autre banc, deux autres élèves sont en révision. Ils parlent de citations et des auteurs. Ces candidats se disent prêts pour passer l’examen. Ce jeune homme souhaitant lui aussi garder l’anonymat, confie qu’il n’a pas peur et qu’il remet tout au Bon Dieu. « Vraiment, nous sommes prêts car nous avons assez d’éléments pour pouvoir affronter ce bac et nous n’avons pas peur. Nous sommes au dernier virage et nous essayons de faire quelques réglages pour revoir tout ce qu’on a appris depuis le début de l’année afin d’avoir le maximum d’éléments pour les épreuves de demain ».

Cette année, les épreuves du baccalauréat connaissent une nouvelle tournure. L’épreuve de philosophie qui était jadis anticipée un mois avant la tenue du baccalauréat, se fera cette année en même temps que les autres épreuves. Cette situation semble acceptable pour ces candidats. « Le fait de regrouper les épreuves et les faire dans une seule période, ça peut jouer sur la psychologie des élèves et constituer un inconvénient mais c’est aussi un avantage de les regrouper parce que ça nous permet de garder cette allure à tout regrouper et essayer de tout faire une bonne fois pour toute ».

« La maladie nous oblige à prendre nos dispositions »

L’administration du lycée est aussi en pleine préparation pour accueillir les candidats. Mme Mboup Coumba Niang, la proviseure du lycée explique les dispositions prises pour le bon déroulement des examens. « Nous sommes dans les préparatifs de l’examen du baccalauréat général qui doit démarrer demain. L’office du bac a amené le matériel qui d’ailleurs est là depuis bien longtemps. Les épreuves sont là, tout est là. Nous avons préparé les salles et nous avons tout parachevé pour que demain nous puissions démarrer à la première heure ».

Malgré la recrudescence des cas Covid avec cette 3e vague à laquelle le Sénégal fait face, aucun dispositif sanitaire n’est visible dans le lycée.

Toutefois, Mme Mboup tient à rassurer que les dispositions seront prises à ce niveau. « La maladie est là et elle ne fait de cadeaux à personne. Aujourd’hui, la maladie nous oblige à prendre nos dispositions. C’est ce qui fait que tous les dispositifs du lavage des mains, du port du masque et de la distanciation seront respectés parce que ce sont des règles élémentaires. Il y a un grand nombre de candidats qui sera là demain et alors nous devons prendre toutes les dispositions pour éviter toute contamination et effectivement nous prenons tout cela en compte », assure-t-elle.

Vous pouvez réagir à cet article