VERS LA CRÉATION DE 50 MILLE EMPLOIS VERTS

news-details
JOURNÉE NATIONALE DE L’ARBRE

La plage de Lompoul-sur-mer, dans la région de Louga, a abrité, ce dimanche 04 août, la cérémonie de la 36e édition de la journée nationale de l’arbre. Une célébration qui intervient peu après l’adoption, au titre des textes législatifs et réglementaires, en Conseil des ministres tenu le 24 juillet dernier, du projet de décret, portant création et fonctionnement de l’Agence sénégalaise de Reforestation et de la Grande Muraille verte, que dirige l’écologiste Haïdar El Ali, l’ancien ministre de l’Écologie et de la Protection de la nature dans le gouvernement d’Abdoul Mbaye, d’avril 2012 à septembre 2013. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim SALL, a présidé la cérémonie, et non le chef de l’Etat, Macky Sall, comme annoncé.

50 mille emplois verts

Dans son discours lors de la cérémonie, le ministre a expliqué que ladite agence « sera un incubateur de plusieurs emplois verts en perspective ». « Il est attendu, a-t-il souligné, plus de 50 mille emplois verts d’ici 2024. En effet, c’est par des efforts conjugués adossés à l’intégration de l’arbre à toutes les orientations politiques et économiques que nous pouvons faire reculer la pauvreté, améliorer la productivité agricole, garantir la sécurité alimentaire, l’approvisionnement énergétique, et promouvoir notre émergence. » D’autant plus qu’a-t-il alerté : « Notre rencontre d’aujourd’hui se situe à un moment où partout à travers le monde, l’inquiétude (est) générale face au déboisement et la dégradation des forêts provoqués par des compétitions diverses et des émissions polluantes dues aux activités humaines. »

L’alerte de la FAO

Pis, a relevé le ministre, « au Sénégal, selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), les proportions alarmantes de la dégradation et de la destruction des écosystèmes forestiers se situent autour de 40 mille hectares par an, taux excessif. (Et) l’effort de reforestation est encore insuffisant, 20 mille hectares environ par an ne permet pas de compenser les superficies de forêt détruites chaque année. Une course de vitesse va donc être engagée à l’échelle nationale par toutes les communautés à travers l’Agence nationale de la reforestation et de la Grande muraille verte, que le président de la République, Macky Sall, vient de créer. »

C’est ce qui justifie d’ailleurs, a ajouté Abdou Karim Sall, le thème choisi pour ouvrir la campagne nationale de reboisement : « La place de l’arbre dans les planifications stratégiques », et le slogan : « Plants d’aujourd’hui, forêts de 2035 ». Ce, « pour couronner notre engagement à mettre en œuvre les accords de Paris sur le climat », a expliqué l’autorité de tutelle. Qui n’a pas manqué de préciser que « dans l’acte 3 de la décentralisation, une réflexion est engagée pour que les territoires viables, compétitifs, porteurs de développement durable envisagés, puissent bénéficier de suffisamment de moyens institutionnels, humains, techniques et financiers pour une prise en charge quasi-totale de l’aménagement intégré du territoire. »

Le choix de Louga ?

« La région de Louga, a rappelé l’ancien Directeur général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), possède dans le domaine de la fixation des dunes une longue et solide tradition mais également sa population mène depuis très longtemps une action intelligente et résolue pour bien gérer et développer son patrimoine forestier. Cette dynamique de foresterie sociale est devenue par la suite une option irréversible face à l’effort gigantesque qu’il fallait consentir pour protéger et reconstituer nos écosystèmes dégradés. C’est pour cela, l’occasion est belle pour rendre hommage aux populations des Niayes en particulier celles de Loumpoul, qui ont eu le mérite historique de croire en la possibilité de sauvegarder la productivité de leur territoire que la progression implacable du phénomène de la dégradation des terres condamnées à une disparition quasi irréversible. »

Le calendrier de la campagne nationale de reboisement 2019

Instituée par décret n°83-751 du 16 juillet 1983, la journée nationale de l’arbre a lieu tous les ans le premier dimanche du mois d’août. Le but est de sensibiliser sur l’importance de l’arbre pour son environnement. Des activités de reboisement à Diokoul ont précédé la cérémonie officielle. La sensibilisation a porté sur le suivi des plantations, dans le cadre duquel un calendrier a été fixé autour des réalisations physiques (au mois d’août), du suivi (septembre à décembre), à la défense et la restauration des sols (janvier à décembre).

L’arbre parrain de l’édition 2019 est le Sclerocarya Birrea, de la famille des Anacardiaceae, choisi pour ses nombreuses vertus (traitement de maladies parasitaires bactériennes, morsures de serpents, augmentations des rendements de cultures plantées à proximité, facilité d’usinage pour la production de meubles, ustensiles de cuisine, riches en lipides, additifs des repas, entre autres).

Vous pouvez réagir à cet article