VERS LA FIN DU RÊVE FRANÇAIS ?

news-details
Chronique

La France fut cette « grande nation » et ce noble pays qui eut séduit non seulement son peuple mais aussi d’autres ailleurs. La France, fille ainée de l’église, avec une nation « très chrétienne », et le résultat intellectuel des Lumières. La France, est l’un des premiers pays au monde, si ce n’est pas le seul, à avoir mis en place ce prestigieux lien qui doit exister entre l’individu et la collectivité à savoir : « la nation ».

Qui peut, aujourd’hui et jadis, s’intéresser ou étudier la sociologie, l’histoire, la philosophie, la littérature, la philosophie du droit…Sans passer par ces grands textes de Montesquieu, Aron, Rousseau, Constant, Tocqueville, Descartes, Levinas, Sartre, Pascal, Montaigne, Bourdieu, Durkheim… ? Ces penseurs, entre autres, ont contribué à la grandeur de la France et lui ont permis, in fine, de bâtir un rêve français avec une dimension universelle.

Qui peut ne pas accorder crédit à la Révolution française ? Ce moment historique qui marqua le virage qui a rompu avec la notion de « sujet du roi ».

Par ailleurs, qui peut ignorer ce travail magistral produit par l’intelligentsia française pour accoucher de La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (DDHC) ? Ce texte fondamental de la Révolution française qui énonce un ensemble de droits naturels individuels et communs, ainsi que les conditions de leur mise en œuvre.

Qui peut nier tout ce système de protection social français qui demeure unique au monde ? Ce système basé sur la solidarité collective. Ce modèle de Sécurité sociale qui désigne l’ensemble de dispositifs et d’institutions majoritairement privées qui ont pour fonction de protéger les individus des conséquences d’événements ou de situations diverses.

Rêve ou nostalgie ?

De statut de grande puissance qu’avait la France jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France est devenue une puissance moyenne même si elle reste le 6ème pays le plus riche par son PIB selon le FMI.

Cette chute se manifeste de plus en plus non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan des idées et de l’influence intellectuelle.

Qui peut citer un philosophe français connu et reconnu en 2021 ? La France a enterré la philosophie, la critique, la disputation depuis que l’on a fait le dernier adieu à Sartre et Foucault. Nous sommes face à des enseignants de Philosophie et non pas des philosophes. En effet, ce ne sont que des militants politiques déguisés en philosophes. Ils ne produisent pas les Idées ni la critique rationnelle mais un amas de propos polémiques et relevant un paradigme exclusivement militantisme politique.

Cette chute est aussi sans conteste sur le plan de la diplomatie. Qui peut se souvenir d’une seule position remarquable de l’actuel ministre chargé des affaires étrangères français, Jean Yves Le Drian ? On a enterré la diplomatie proactive qui faisait, jadis, l’honneur de la France.

Qui peut nier que la France de 2021 est devenue un terrain d’idées tout à fait contraires à l’esprit de ce que la majorité des penseurs précitées ci-dessus ont élaborés dans une vision purement universelle ? Des idées de peur, de xénophobie et de haine raciale. Certes, ça n’est pas les idées dominantes chez l’ensemble de la population ni chez l’ensemble des intellectuels français contemporains. Toutefois, minoritaires soient-ils, ces théoriciens de la haine, du pis-aller ont des tribunes, des colonnes, des Unes, des émissions, des soutiens financiers et des substrats populaires. La banalisation de la haine et de l’amalgame est une réalité socio-politique qui mérite une vigilance permanente de la part des héritiers de ce qui reste comme résidu des Lumières.

Le rêve français est un mode de vie. Par conséquent, c’est aux français et uniquement aux français d’être attirants et de continuer, sans cesse, de faire rêver par la qualité de vie et leur génie national et international.

Un déclin sur le plan international

Sur le plan diplomatique, géopolitique et opération militaire, la France a perdu de son charisme et de son rôle déterminant dans ce jeu qui n’est pas l’un des moindres.

La France, les Français, doivent se poser les bonnes questions afin de faire perdurer ce rêve français en phase de devenir un cauchemar. De ce fait, il est important de savoir Pourquoi la voix de la France ne porte-t-elle plus dans le monde ? De quel grand dérèglement stratégique souffre la politique étrangère française ? Comment expliquer les échecs répétés de la diplomatie française ?

Il est opportun de commencer par la fin de cette série d’échecs. Il s’agit de ce qu’a provoqué d’une manière inédite une tension diplomatique entre la France, l’Australie et les Etats-Unis. La France a rappelé les ambassadeurs des États-Unis et de l’Australie réaction négatives concernant l’accord sur les sous-marins établi initialement entre la France et l’Australie. Ce fut un échec de la diplomatie française !

- La direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) française n’a pas pu anticiper ni sentir cette rupture de contrat pourtant les rumeurs circulaient depuis plus d’une année.

- Echec en Arménie au profit d’une victoire militaire et géopolitique d’Israël et la Turquie.

- Echec en Lybie au profit de la Turquie et la Russie
- Echec au Mali au profit des groupes terroristes
- Echec en Syrie au profit de l’Iran et la Russie
- Echec au Liban au profit de l’Iran et le Hezbullah
- Echec en Afrique subsaharienne francophone au profit de la chine et la Russie.

L’anglais prend la place du français

De plus en plus, des voix se lèvent pour réclamer une certaine « indépendance » de la France ex-colonisateur sur le plan économique, culturel, linguistique et d’alliance militaire.

En effet, Après le Rwanda, qui a rejoint le Commonwealth, c’est au tour du Maroc et du Gabon, à leur tour, de manifester leur souhait de sortir du giron français. Même si le Burkina Faso, pays francophone et voisin du Mali, l’Anglais est en passe de supplanter le Français.

Au Maroc, un mouvement qui commence à prendre de l’ampleur demande que l’anglais devienne la deuxième langue étrangère à la place du français jusqu’à présent enseignée et pratiquée partout jusqu’au service public de l’Etat.
Et, si dans pas très longtemps, tous ces pays ouest-africains décident, d’une seule voix, d’abandonner le Franc des Colonies Françaises d’Afrique (Franc CFA) que deviendrait la France sur ce point ?

Enfin, Les Français doivent savoir que leur rêve ne saura s’inscrire dans la durée par les politiques ou par la politique. Cette dernière doit retrouver sa vocation naturelle et que seuls les Français peuvent aboutir à ce rêve. Les politiques français sont préoccupés pas des sujets très marginaux et en même temps d’autres puissance font le « job » pour s’installer comme des forces régionales voire mondiale.

Les Français doivent agir face aux mouvements nationalistes, se réconcilier avec une diplomatie proactive, penser le monde avec ses nouveaux acteurs, chasser le racisme ambiant, reconfigurer le contrat social, bannir le racisme, ne pas zemmouriser le débat politique.

Vous pouvez réagir à cet article