VERS UNE ANNÉE SCOLAIRE APAISÉE ?

news-details
ANNÉE ACADÉMIQUE 2018-2019

Après la signature du protocole d’accords entre l’Etat et les syndicats d’enseignants, le Premier ministre s’était engagé à faire le suivi régulier de la mise en œuvre du document. Mahammad Boun Abdallah Dionne a présidé hier vendredi, 7 décembre, la deuxième rencontre de monitoring. A l’issue de laquelle les deux parties ont exprimé leur satisfaction sur l’état d’exécution, renseigne Le Soleil.

« Globalement, nous sommes très satisfaits de l’état d’avancement des engagements qui ont été pris, que ce soit dans l’habitat, dans le domaine du ministère de l’Education nationale avec les passerelles, les indemnités, à la Fonction publique avec le guichet unique. C’est un large tour d’horizon dans un climat apaisé, calme et serein, avec responsabilité de part et d’autre », exulte le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla. Optimiste, le porte-parole de la partie gouvernementale croit savoir que « c’est très bien parti pour mener à bien l’année scolaire », assurant que les questions les plus importantes liées aux examens, que ce soit les indemnités de correction et de déplacement ont été étudiées et le bilan est largement « satisfaisant ». D’autant que signale-t-il, « le Premier ministre a décidé d’avoir une rencontre périodiques sur ces questions cruciales pour qu’on puisse avoir une année scolaire apaisée et pour que l’ensemble des points d’accords signés puissent être résorbés. »

Abdourahmane Gueye, le secrétaire général de l’Union démocratique des enseignants du Sénégal (UDEN) et porte-parole du jour du G6, confirme : « J’avoue quand même qu’il y a eu avancée et force est de le reconnaître. Sur toutes les questions, nous avons constaté que la partie gouvernementale a pu faire des avancées même s’il reste des choses à faire. »

Pour l’enseignant, « il reste des points à accélérer comme celui de la ZAC (Zone d’aménagement concertée). En plus du « retard noté » dans les questions relatives au prêt DMC et « du gap de 200 millions à payer pour les indemnités relatives aux examens. » Mais, il s’est réjoui que le chef du gouvernement ait donné des instructions pour que les dispositions soient prises.

Vous pouvez réagir à cet article