VIDÉO-EL HADJI KASSÉ : « LES 250 MILLE DOLLARS ONT ÉTÉ VIRÉS DANS LE COMPTE DE LA SOCIÉTÉ D’ALIOU SALL.. »

news-details
SCANDALE PÉTROLIER

Le scandale sur la gestion du pétrole et du gaz révélé par BBC suscite toujours des réactions. Le ministre conseiller du président de la République, El Hadji Hamidou Kassé est revenu sur cette affaire dans une interview avec TV5. Ce dernier continue de nier les chiffres avancés par BP dans son reportage. « Je dois souligner que les seuls chiffres dûment établis sont les 250 millions d’écoulant de la transaction entre Timis et BP. Le deuxième chiffre dument établi, c’est la part du Sénégal sur le brut dans la phase de l’exploitation entre 40 et 56%. Tous les autres chiffres relèvent jusqu’ici de spéculation d’autant plus que ni BP ni Timis n’ont confirmé les chiffres astronomiques de 9 à 12 milliards de dollars », a expliqué Kassé. Qui relève qu’il y a de amalgame sur les chiffres révélés. « D’après les informations que j’aies, la somme de 250 mille dollars a été virée dans une société Agitrans de Aliou Sall pour le paiement d’une mission de consultation dans le secteur agricole. Ce ne sont pas des taxes », précise-t-il. S’agissant du rapport de l’Inspection générale d’Etat, El Hadj Hamidou Kassé confirme que le président de la République ne l’a jamais reçu. « Nous avons découvert ce rapport dans les réseaux sociaux. Comment il a fuité ? Nous aurons des informations précises avec l’enquête », a fait savoir M. Kassé.


« C’est à Aliou Sall de décider de ce qu’il devrait faire »

Pour ce qui concerne de la manifestation interdite le vendredi dernier, il rappelle que le Sénégal est une vieille démocratie mais une démocratie doit être encadrée. Ce, puisque le chaos remet en cause les libertés. « Si des manifestants proclament ouvertement des intentions de trouble à l’ordre public, il est du devoir de l’autorité de prendre les devants pour éviter que le chaos ne s’installe », martèle-t-il. A la question de savoir si Aliou Sall ne devrait pas démissionner pour permettre aux enquêteurs de faire jaillir la lumière dans cette affaire, El Hadji Hamidou Kassé rétorque : « Il n’a jamais été dit dans aucune constitution au monde qu’un proche du président de la République ne peut pas occuper des fonctions publiques. Il est un responsable politique. C’est à lui de décider de ce qu’il devrait faire. Je ne peux pas intervenir sur des questions d’ordre privé dans ce débat ».

Vous pouvez réagir à cet article