[VIDÉO]-LES 7 KHALIFES DE MAODO, ABDOU AZIZ SY AL AMINE, LA SENTINELLE (6/7)

news-details
GAMOU 2019

Abdou Aziz Sy savait garder un secret et inspirait confiance à tout le monde. Né en 1927 à Tivaouane, Abdou Aziz Sy Al Amin est le fils de Serigne Babacar Sy et de Sokhna Astou Kane, il a très tôt bénéficié de la confiance de son père, Serigne Babacar Sy. Ce dernier lui avait même confié la gestion des affaires familiales.

Ainsi, Al Amin était devenu le confident et le secrétaire de son père des années durant. En outre, il a toujours entretenu de bons rapports avec ses frères. Et, il était constamment à leurs services. Il accomplissait avec perfection toutes les missions que ces derniers lui confiaient. Il occupait une place prépondérante dans la famille Sy.

De Serigne Babacar Sy à Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum en passant par Abdou Aziz Sy Dabakh et Serigne Mansour Sy Borom Daradji, il a toujours été le confident des khalifes qui se sont succédé. Et, il délivrait les messages tel qu’on les lui avait dits, sans escamoter la vérité.

Rassembleur et Médiateur

La dahira joue un rôle crucial dans la confrérie Tidiane. Elle constitue un cadre d’échanges de connaissances pour les fidèles
afin de mieux connaitre les préceptes de la confrérie. Les daïras ont été créées par Serigne Babacar Sy qui, avant sa mort, les avait confiées à Al Amine. Il a su les garder. Mieux, il a fait leur propagation un peu partout dans le monde entier pour le respect du leg de son père.

Dépeint comme le soldat infatigable de la confrérie, Abdou Aziz Sy Al Amin ne ménageait aucun effort pour que les fidèles, surtout les jeunes, intègrent les dahiras pour mieux s’acquitter de leurs obligations dans la tarikha. D’ailleurs, c’est lui-même qui, en 1968, avait initié le Comité d’Organisation Khalifa Ababacar Sy (Coskas). Les membres de cette structure, habillés en vert, assuraient la bonne organisation des Gamous et des Ziarra générale dans le respect et la discipline.

Il était un homme de dialogue doublé d’un rassembleur. Son esprit d’ouverture et son sens des relations humaines font qu’il a toujours résolus dans la paix et la sérénité des problèmes sociaux qui pourraient avoir des conséquences néfastes. En 2016, il a sauvé les syndicats d’enseignants de radiation. Il a contribué à la sortie de crise entre l’Etat du Sénégal et les Enseignants grévistes. Médiateur, modérateur, conciliateur et unificateur, il avait de bon rapport avec toutes les familles religieuses au Sénégal.

Vous pouvez réagir à cet article