[VIDEO] - MEURTRES, VIOL, VIOLENCES... : 2019, UNE ANNÉE MARQUÉE PAR UNE SÉRIE DE FÉMINICIDES

news-details
RAPPORT SOCIÉTÉ CIVILE

L’année 2019 a été particulièrement meurtrière pour les femmes. 12 d’entre elles ont été tuées entre janvier et novembre 2019. La révélation est faite par le rapport de la synergie des organisations de la société civile. Selon le document, ces cas de meurtres ou d’assassinats sont précédés, pour la plupart, par une tentative de viol. D’où le plaidoyer répété à Kolda pour que la concrétisation du projet de loi portant criminalisation du viol et de la pédophilie.

Avant, Penda Seck Diouf, la coordonnatrice nationale des organisations de la société civile pour l’élimination des violences basées sur le genre, décrit un « désastre », au micro du correspondant d’iRadio à Kolda. « L’année 2019 est une année désastreuse pour les femmes, s’indigne-t-elle. De janvier à maintenant, nous avons déjà enregistré 12 cas de meurtres de femmes suite à un viol ou à une tentative de viol. Récemment, on a eu le meurtre de Khady Sèye à Touba, assassinée suite à une tentative de viol. Également du meurtre de la femme de Bagadadji, qui a été attaquée à la hache ».

Pour elle, « la non application des lois pose problème » car celle-ci « ne dissuade pas l’auteur de violences, qui très souvent, est dans l’entourage immédiat de la victime ou, en tout cas, connait la victime. Nous demandons l’accélération de ce projet de loi. »

Présidente du comité de lutte contre les violences faites aux femmes, Adja Awa Kandé Diao plaide, elle, contre les pesanteurs socio-culturelles : « Tout le monde cherche à protéger l’auteur parce que soit il est de la famille ou dans l’entourage de la victime. Personne ne cherche à réparer les préjudices subis par la victime. Ça, c’est un problème. Nous voulons que justice soit faite ».

Retrouvez ici notre reportage à Tambacounda, après le meurtre de Bineta Camara

Vous pouvez réagir à cet article