VIDÉO-QUAND L’ÉQUIPE NATIONALE REND VISITE À SA SIRÈNE FÉTICHE

news-details
SÉNÉGAL-MADAGASCAR À THIÈS

Plus qu’un bruyant klaxon. Il se cache une véritable histoire d’amour entre la sélection nationale et la sirène de train, véritable symbole pour la ville de Thiès, la ville aux deux gares ferroviaires.

Au premier regard, l’émotion aux yeux de Sidy Lamine Diop est facilement perceptible. Il a plus de cinquante ans mais, aujourd’hui, il est aussi excité qu’un môme qui attend de déballer son cadeau de Noël. La décision de jouer le match du Sénégal à Thiès est un cadeau tombé du ciel pour lui qui n’a jamais manqué une rencontre de l’équipe nationale à domicile.

Alors, Sénégal – Madagascar de ce samedi 23 mars au stade Lat Dior de Thiès lui simplifie son rituel des jours de matchs. Il se tapait plus de 140 kilomètres avec la dizaine de kilos d’un fardeau qui a fini par se coller à sa personnalité : l’appareil du klaxon d’un train, symbole caricatural de la ville aux deux gares ferroviaires. Teint noir, coiffé d’un bonnet et habillé aux couleurs nationales, cet homme est connu à Thiès pour son militantisme sportif. Fervent supporter des "Lions" et membre de longue date du "12e Gaindé", Sidy Lamine Diop accompagne les sélections nationales depuis qu’il a 25 ans. Aujourd’hui, il en a plus du double. Un quart de siècle de ferveur en vert-jaune-rouge et en pin-pon.

Agent de la Société nationale des chemins de fer du Sénégal, devenue aujourd’hui Dakar-Bamako Ferroviaire, Sidy Lamine Diop a réussi la prouesse d’allier son métier de cheminot à sa passion du football en transportant le klaxon du train sur les gradins. Il a ainsi suivi les traces du vieux Ndiakhate dont il a pris le relai pour perpétuer le legs, donner de la couleur et, surtout, de la voix thiessoises aux tribunes lors des matchs des "Lions" que son klaxon rythme régulièrement, accompagnant chaque but du Sénégal.

Ce samedi, il a l’occasion d’accueillir sa bien-aimée sélection pour laquelle il n’a jamais rechigné à aller faire une bruyante sérénade. L’équipe nationale vient lui rendre visite dans sa ville aux deux gares et à la bruyante sirène. Et, pour rien au monde, il ne voudra se priver l’occasion de la faire vrombir à volonté. « Pour nous Thiessois, c’est notre heure de gloire. Le klaxon doit résonner partout à partir du stade Lat Dior. » Pin-pon.

Vous pouvez réagir à cet article