VOYAGE À L’UNIVERSITÉ AMADOU MAHTAR M’BOW

news-details
100e ANNIVERSAIRE

Créer une deuxième université publique à Dakar : c’est cette idée qui a fait naître l’Université Amadou Makhtar Mbow. Leurs locaux étant en construction à Diamniadio, des locaux temporaires et éparpillés sont attribués aux étudiants de ladite université. Le Rectorat est situé sur l’avenue Bourguiba, le campus social lui, sur les deux voies de Liberté 6 et enfin le campus pédagogique est niché à la cité Keur Goorgui. Emedia a visité les différents sites.

Dirigée par une femme, le professeur Codou Guéye Mar, cette université est orientée vers les nouveaux métiers. Une initiative qui a occasionné la mise en place d’écoles supérieures spécialisées particulièrement dans la formation professionnelle.

Ces écoles au nombre de 5 sont : l’école supérieure des sciences et techniques de l’ingénierie, l’école supérieure des sciences agricoles et de l’alimentation, l’école supérieure des mines, de la géologie et de l’environnement, l’école supérieure d’urbanisme, d’architecture et de l’aménagement et enfin la haute école d’économie et de gestion.

Cette université a reçu ses premiers étudiants via l’orientation de Campusen. Aujourd’hui, tous les étudiants qui vont adhérer à cette université passeront par un concours. Les adhésions sont passées de 274 étudiants la première année, à 600 étudiants la deuxième année, répartis dans les 5 écoles. Ces dernières comptent entre 50 à 60 étudiants. Et parmi elles, la haute école d’économie et de gestion reçoit beaucoup plus d’étudiants. Le choix porté sur ces écoles, s’est fait après de très longues enquêtes.

M. Ibrahima Cissé, Professeur titulaire des universités et vice-recteur de l’UAM, explique : "Nous avons fait énormément d’études sur le terrain pour voir quels sont les métiers porteurs aujourd’hui. Parce que pour nous, il ne suffit pas de former pour former mais, il faut former des cadres qui pourront être absorbés dans le dispositif actuel. L’école d’architecture par exemple, c’est un besoin qui était là et, pourtant, il n’y avait presque plus d’écoles d’architecture de niveau universitaire au Sénégal".

M. Ibrahima Cissé clame avec fierté le niveau de ses étudiants qu’il qualifie être les meilleurs. Ces derniers sont eux aussi très fiers d’appartenir à cette université qui est publique mais dont le contexte laisse voir une université très différente des autres.

Ici, les étudiants s’habillent en uniforme Lacoste et pantalon ou encore chemise et pantalon avec pull, le tout rehaussé par le logo de l’université à hauteur de la poitrine. Regroupés dans la cour, ils discutent tranquillement par-ci, commentent les cours par-là. La fierté de ces étudiants est liée au fait de savoir que leur parrain vit encore et aura un siècle le 20 mars 2021.

Cette nouvelle méthode, la promotion de l’enseignement professionnel, rend les étudiants enthousiastes, c’est le sentiment de Rokhaya Seck, étudiante en deuxième année à l’école supérieure des sciences agricoles et de l’alimentation. Pour elle, "c’est un honneur d’être dans cette université qui nous fournit des formations en ingénierie.

Ici, c’est l’enseignement professionnel qui est mis en avant car le Sénégal en a besoin en ce moment. Je prends l’exemple de mon école, l’agriculture. Beaucoup de personnes m’ont dit que nous n’allons pas apprendre l’agriculture mais ce qu’ils ne savent pas c’est que c’est différent. L’ingénierie de la formation du conseil agricole et du développement rural ce sont les nouvelles techniques pour satisfaire l’autosuffisance alimentaire".

Plus qu’un modèle, référence

L’université Amadou Makhtar Mbow a mis en place une plateforme dédiée aux étudiants. Des cours en ligne leur sont dispensés et un chapitre entier y est consacré à leur parrain. Intitulé "en route vers l’UAM", ce processus "c’est pour que les étudiants s’imprègnent de leur parrain, qu’ils s’approprient ses valeurs en termes d’éthique, de citoyenneté et de valeur humanitaire. Tous ces aspects sont dans le profil du parrain Amadou Makhtar Mbow", déclare le vice-recteur, professeur Cissé.

Cette plateforme est très bénéfique pour les étudiants. Ils soutiennent effectivement que la plateforme les a beaucoup aidés car elle leur a permis de connaître davantage leur parrain. Aujourd’hui, ils parlent de lui avec beaucoup de fierté, tellement de fierté qu’il est devenu un modèle, une référence mais encore une source d’inspiration pour eux. C’est la perception de Lamarana Bâ, étudiant en première année à l’UAM précisément à l’école supérieure des mines et de la géologie.

"Notre parrain est une personnalité exceptionnelle pour la jeunesse mondiale, il est hyper diplômé. Il a occupé plusieurs postes majeurs à travers le monde. Et il est source d’inspiration pour ma modeste personne surtout sur l’éducation nationale. J’ai toujours été fasciné par ce poste et M. Amadou Makhtar Mbow y a grandement contribué. J’ai commencé à m’intéresser à lui et à son parcours avant d’entrer dans cette université", confie-t-il avec beaucoup de satisfaction.

Un homme droit, un homme honnête, c’est l’image que ces étudiants gardent de leur parrain. "Je n’ai jamais vu ou entendu le nom d’Amadou Mahtar lié à des problèmes de corruption ou autre souci de ce genre. J’aime bien ce côté sérieux, honnête et travailleur qu’il a", déclare avec fierté Mouhamadou Rassoul Sall, étudiant en première année à l’école des sciences agricoles et de l’alimentation.

Centenaire, l’hommage qu’il faut

Amadou Makhtar Mbow aura 100 ans le 20 mars 2021. Ce centenaire sera l’occasion de lui rendre encore plus hommage. L’université Amadou Makhtar Mbow compte marquer son implication avec des activités toutes, visant à honorer et remercier l’ancien directeur de l’Unesco.

Le Professeur Issa Sakho, maître de conférence à l’Université, à l’École des mines et de géologie est le président de la cellule mise en place pour le centenaire de leur parrain.

Après la randonnée pédestre qui a eu lieu mardi 16 mars 2021, un concours de poésie est lancé au niveau de l’université. Ce concours a vu la participation massive des étudiants. Un total de plus de 60 poèmes sont reçus, tous venant des étudiants de l’UAM.

Le comité entend faire de cette célébration, un moyen de faire connaître Amadou Makhtar Mbow. "Parmi les autres retombées qu’on peut attendre de cette célébration, c’est que la jeunesse sénégalaise et la jeunesse africaine connaissent qui est Amadou Makhtar Mbow. Les jeunes étudiants et même nous qui sommes jeunes enseignants-chercheurs à l’université, nous ne connaissons pas véritablement Amadou Makhtar Mbow.

À travers cette célébration, les gens pourront le connaître et ça, c’est une retombée extrêmement forte pour la communauté universitaire de l’UAM mais également du Sénégal et de l’Afrique", exprime le professeur Issa Sakho.

Ancien directeur général de l’Unesco, ancien ministre de l’éducation nationale, il faut noter qu’il est l’un des pionniers du Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (Nomic). Pour rappel, le NOMIC est l’acronyme du Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication selon l’UNESCO.

Vous pouvez réagir à cet article