image

YAW NE VISERA PAS LE BON À TIRER DU BULLETIN DE VOTE

image

En prélude des prochaines élections législatives qui auront lieu le 31 juillet prochain, les mandataires des partis et coalitions de partis ont été convoqués, hier, à la Direction générale des élections. C’est pour revenir à un exercice pratique, habituel qui consiste à se prononcer sur les identifiants de leurs listes, sur la maquette et les spécimens.

Face à la presse, ce matin, Déthié Fall, mandataire de la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi (Yaw), a déclaré : « quand on est arrivé, le commissaire nous a présenté un spécimen de Yaw sur lequel ne figurait aucune photo. Et tout le monde sait qu’on avait déjà choisi notre tête de liste et avait donné, au moment du dépôt, la photo de notre tête de liste à savoir Ousmane Sonko. Sur le spécimen qu’on nous a présenté, il n’y avait aucune photo. Quand on a demandé au commissaire Ndiaye qui est-ce qui explique que la disposition de l’article L58 du code électoral soit aujourd’hui piétinée ? Il a répondu qu’il n’est pas là pour interpréter la loi. Ils n’ont fait qu’appliquer l’arrêté du ministre de l’Intérieur ».

Il poursuit : « on s’est rendu compte qu’en plus de l’illégitimité des décisions prises par le Conseil constitutionnel voilà dans le périmètre des conséquences un acte d’illégalité. Parce qu’il demande à la direction des élections de ne faire figurer aucune photo sur la liste de Yaw. Alors que toutes les autres listes bénéficient de cette spécificité. Ce qui est une discrimination flagrante ».

Face à cette situation, les membres de la coalition de l’opposition ont pris la décision suivante. Ils ont décidé, selon Déthié Fall, de ne pas continuer à subir cette forfaiture venant du président Macky Sall. Par conséquent, indique le mandataire de Yaw, il est hors de question qu’il vise le bon à tirer appelé (BAT). En effet, un BAT ou bon à tirer est un terme technique utilisé en imprimerie pour qualifier l’épreuve contractuelle finale validée par le client, avant que ne soit lancée l’impression des documents commandés. Le bon à tirer signifie que tous les éléments présents sur le projet d’impression soumis au client sont conformes à ses attentes. C’est un document signé qui fait figure de preuve contractuelle en cas de litige : par exemple, si les éléments reçus après impression ne sont pas conformes au bon à tirer, initialement accepté et signé par le donneur d’ordre.

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye Sylla (Photo)

14 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article