image

YAW PARLE DE « RÉFÉRENDUM CONTRE MACKY SALL »

image

En conférence de presse, hier, Khalifa Sall, Aïda Mbodj, Ousmane Sonko, Cheikh Tidiane Youm, Habib Sy et Cie notent une « forte adhésion des Sénégalais » à leur concert de casseroles. Ce qui est, selon eux, un « désaveu » du régime en place. « Le concert de casseroles était un référendum. Tous ceux qui ne pouvaient pas venir à nos rassemblements ont manifesté hier (mercredi). Le concert était accompagné de discours. Les Sénégalais ont exprimé leur mécontentement. Il devait durer 10 mn. Mais certains sont allés jusqu’à minuit pour exprimer leur ras-le-bol. Je trouve que c’est une bonne expression pacifique et démocratique », a déclaré Aïda Mbodj. « Le concert de casseroles est l’illustration de l’aversion que le peuple sénégalais a envers le régime de Macky Sall », a ajouté Habib Sy. Pour le Coordonnateur du Pur, Cheikh Tidiane Youm, « le concert de casseroles montre à suffisance que le peuple a vomi le président Macky Sall, mais malheureusement, il n’a pas compris cela ».

Lors de leur manifestation interdite, le 17 juin dernier, certains de leurs camarades ont été arrêtés. Parmi eux, les députés Mame Diarra Fam et Déthié Fall ainsi que le maire de Guédiawaye, Ahmed Aïdara. Les deux premiers, qui n’ont pas été jugés mercredi, sont renvoyés à lundi 27 juin. « C’est le ministre Malick Sall qui a demandé le renvoi de ce procès. Il a exigé une audience spéciale parce qu’il s’est heurté au refus de jeunes magistrats en flagrant délit », a révélé le leader de Pastef. Pour Sonko, la volonté du pouvoir en place est « d’empêcher certaines têtes de liste dans des départements stratégiques de participer aux élections législatives ».

C’est d’ailleurs, a-t-il expliqué, ce qu’ils ont tenté avec le maire de la Ville de Dakar. « Ils ont envoyé les forces de l’ordre bunkeriser la maison de Barthélémy Dias en y restant jusque tard dans la nuit. Ils voulaient qu’il sorte pour l’embarquer et l’empêcher de participer aux élections. On a bien compris leur stratégie », a-t-il ajouté. Il poursuit : « Malick Sall a voulu des condamnations de principe pour que nos camarades tombent sous le coup de l’article 34. Ils seraient ainsi frappés d’inéligibilité ». Khalifa Sall d’ajouter : « La nouvelle tendance consiste à choisir ses adversaires. C’est cette manière de faire qui est détestable ».

Babacar FALL

24 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article