image

YEWWI ASKAN WI EN PISTE POUR "LE PREMIER TOUR DE LA PRÉSIDENTIELLE"

image

La coalition de l’opposition, Yewwi Askan Wi a organisé dimanche 21 novembre un grand meeting politique d’investiture des 19 candidats des 19 communes de Dakar. Une façon de les présenter aux électeurs de la capitale. Ce meeting autorisé a drainé une foule de militants et sympathisants à deux mois des élections municipales et départementales qui se tiendront le 23 janvier 2022.

Barthélémy Dias a pris la parole, traçant les grandes lignes d’une ville de Dakar qu’il veut « réinventer » : « Cette élection est décisive. Cette élection est le premier tour de l’élection présidentielle de 2024, pour ceux qui ne comprennent pas que le troisième mandat n’est pas autorisé au Sénégal ».

Dans les tribunes figuraient plusieurs personnalités de la coalition dont Khalifa Sall, ancien maire de Dakar, ou Ousmane Sonko qui se présente à Ziguinchor. Dans son discours, le leader du Pastef a rejeté la charte de la non-violence proposé par des représentants des confréries musulmanes : « Partout en Afrique, s’exprime désormais le réveil des consciences. Vous voyez ce qu’il se passe au Burkina Faso, vous voyez ce qui se passe au Mali, ce qui se passe en Guinée et vous voyez ce qui se passe ici au Sénégal ».

En face, le principal concurrent est Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et tête de liste de la coalition de la majorité, Benno Bokk Yakaar.

AN

22 novembre 2021