YOUSSOUPHA NDIAYE : MAGISTRAT ÉMÉRITE, SPORTIF ACCOMPLI

news-details
PARCOURS

"Nous sommes orphelins". Cette réaction du président sortant de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, en dit long sur l’immensité de la peine. Le Sénégal a perdu l’un de ses fils les plus émérites. L’ancien ministre d’État, ex-ministre des Sports et magistrat à la retraite, Youssoupha Ndiaye s’est éteint ce samedi, 17 juillet 2021, à Saint-Louis. Retour sur son brillant parcours.

Après l’école primaire à Saint-Louis (1945-1952), puis les cours normal William Ponty de Sébikotane (1953-1957), et l’école normale (1957) ; il a décroché son baccalauréat série philosophie, au Lycée Faidherbe de Saint-Louis (1959) ; avant d’obtenir sa Licence en droit privé, à la Faculté de droit de Dakar, en 1964). C’est à partir de cette année qu’il entamera sa carrière judiciaire avec des brevets aux Centres nationaux d’études judiciaires de Bordeaux et Paris (1966).

Magistrat émérite, sportif accompli

Juge, il a été vice-président (1974-1976) puis président (1976-1984) du Tribunal de Dakar ; membre du Conseil supérieur de la magistrature (1976-1984) ; conseiller (1985-1990) puis secrétaire général (1991) de la Cour suprême ; premier président de la Cour d’appel (1991-1992) et de la Cour de cassation (1992-1993) ; président du Conseil constitutionnel (1993-2002).

Avant d’être ministre d’État, ministre des Sports (novembre 2002-2005), et arbitre au Tribunal Arbitral du Sport (TAS), feu Youssoupha Ndiaye s’est illustré, à la base, en tant que footballeur de talent. D’abord, international de football junior scolaire (1957-1960) ; il a, ensuite, été joueur de football à l’Union sportive goréenne (1953-1959, 1960-1963) et à la Saint-Louisienne de Saint-Louis (1960) ; et médaillé d’or des Jeux de l’Amitié de Dakar (1963). Le Sénégal vainqueur des Jeux de l’Amitié, en 1963, il en fut le meilleur buteur, avec 6 réalisations portant son œuvre, sur les 12 inscrits par son équipe.

Carrière dans l’administration du sport

L’ex-président de l’US Gorée, (1986-2002), puis président d’honneur avant de passer le témoin à Me Augustin Senghor, il a eu à occuper le poste de vice-président de la Fédération sénégalaise de football (1980-1984), puis président (1986-1988) du Comité national provisoire chargé de réorganiser, de gérer et de développer le football au Sénégal, et président de la Fédération sénégalaise de tennis (1983-1986).

Youssoupha Ndiaye a été membre du Comité International Olympique (2002-2008) ; président de la commission d’éthique (2007-2015) puis président élu par la Session de la commission d’éthique (2015-2017) et ensuite membre de la commission juridique (2002-2015).

Une vie dédiée au mouvement associatif

Ancien président de l’Association sénégalaise de soutien aux diabétiques (ASSAD), 1981-2002, il fut président de l’Association sénégalaise d’études et de recherches juridiques (ASERJ), 1982-2002, puis président de l’Association sénégalaise pour l’Unité africaine (ASSUNAF), 1985-2002, membre fondateur et président de l’Union des magistrats sénégalais (UMS) (1968-1986).

Il fut également membre fondateur des Associations sénégalaises suivantes : pour les Nations Unies (ASNU), pour le droit maritime, d’études et de recherches pour le préjudice corporel ; président d’honneur de l’Association sénégalaise pour le droit d’auteur (ASERPLA).

Il s’était retiré depuis quelques années à Saint-Louis, sa ville natale, où il est décédé ce matin, laissant toute une nation endeuillée. Né le 9 mai 1938, Youssoupha Ndiaye avait 83 ans.

Vous pouvez réagir à cet article