image

ZAHRA IYANE THIAM APPELLE LES ÉLECTEURS « A VENIR MASSIVEMENT »

image

Ministre de la Microfinance et de l’Économie sociale et solidaire, Zahra Iyane Thiam a voté au centre social de Liberté 3. De blanc vêtue, elle est arrivée à 10 heures précises. Munie de sa pièce d’identité (carte d’électeur) et de son carnet de vaccination, elle s’est présentée aux forces de l’ordre qui veillent au grain. La sécurité, laissant trois électeurs dehors, lui a indiqué le bureau 2 où la responsable de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) a dû patienter quelques minutes derrière une électrice au moment où une autre (une personne du 3e âge) était dans l’isoloir. A 10h02, elle a commencé à ramasser les huit listes en compétition après avoir remis sa pièce au Président du Bureau de vote. On ne lui a pas réclamé son carnet de vaccination. Entrée à 10h05, elle est ressortie de l’isoloir à 10h07, avant de faire face à la presse.

Livrant ses premières impressions, elle a relevé pour s’en féliciter « que depuis le début des opérations de vote, cela se passe très bien ». « Le Sénégal a connu plusieurs (scrutins) qui se sont améliorés. Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est une parfaite organisation des opérations de vote. Puisque vous entrez dans les centres de vote, nous voyons que c’est très bien organisé. Les bureaux sont bien aménagés, l’espace aussi est bien utilisé, il n’y a pas de files, pas de bousculades, et également les siégeant sont à leur place, les mandataires aussi, font ce qu’ils ont à faire. Tous ceux qui gravitaient autour des centres de vote, on ne les voit plus. Mis à part quelques incidents mineurs, le processus se déroulent globalement bien », a-t-elle déclaré, notant que « cela présage d’une excellente organisation. »

Seul bémol, a-t-elle poursuivi, « nous espérons maintenant que les électeurs viendront massivement. Ils ne sont pas nombreux. J’ai fait le tour des centres de l’ensemble de la commune. Nous en avons cinq. Et c’est la même situation partout. »

Selon elle, « nous (BBY) n’avons aucune pression et nous redoutons aucun résultat sorti des urnes. Ce que nous savons, c’est que nous avons eu à faire ce que nous devons faire, que les populations depuis 2012 (en) témoignent. Une démocratie, ça suppose une majorité et une opposition et peut-être des arbitres, que nous pouvons considérer comme les non-alignés. Nous ne pouvons pas avoir la prétention de faire adhérer tout le monde à notre cause ».
Dans tous les cas, elle espère que « les tendances » des Locales de janvier dernier, perdues au profit de Yewwi Askan Wi (YAW)), « seront inversées ».

Dié BA

31 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article